Les plus grands lapsus des politiques

Mardi 22 mars, un proche de Benoît Hamon a appelé « Bruno Le Roux », « Bruno Relou ». Ce n’est évidemment pas la seule personnalité politique à avoir fait fourcher sa langue. Revue des plus beaux lapsus politiques.

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Alexis Bachelay, député PS des Hauts-de-Seine a fait un lapsus, mardi 22 mars sur France Info, appelant « Bruno Le Roux », « Bruno Relou ». En 2010, Rachida Dati a parlé de « fellation » au lieu d’inflation à la télévision.

« Empreintes génitales » et  « gode électoral »

En 2010 aussi sur RTL, Brice Hortefeux, en souhaitant parler d’empreintes génétiques, a prononcé à la place « empreintes génitales ». Un an plus tard, dans la même famille politique, Claude Guéant a lancé devant l’Assemblée nationale « gode électoral » au lieu de code électoral. En 2016 sur Europe 1, Valérie Pécresse a parlé d' « Alain Macron » au lieu d’Alain Juppé.

Mardi 22 mars un proche de Benoît Hamon, Alexis Bachelay, a appelé « Bruno Le Roux », « Bruno Relou » sur France Info.
Mardi 22 mars un proche de Benoît Hamon, Alexis Bachelay, a appelé « Bruno Le Roux », « Bruno Relou » sur France Info. (Brut)