Cent millions d'euros : c'est la somme que cachait Liliane Bettencourt sur douze comptes en Suisse et à Singapour en 2010, lorsqu'a éclaté une tentaculaire affaire autour de l'héritière de L'Oréal. Une source proche du dossier l'a déclaré à l'AFP lundi 21 novembre, confirmant des informations révélées par le site d'information Mediapart (article payant).

Les comptes étaient abrités par six établissements bancaires, donc cinq en Suisse : la Banque cantonale vaudoise, l'Union des banques suisses, Julius Bär, Hyposwiss et Baring Brothers. La sixième banque était une succursale de la LGT à Singapour.

Les données bancaires aux mains du fisc français font état de virements et de disparitions de capitaux inexpliqués, selon Mediapart, qui a eu accès au rapport de la Direction nationale des vérifications des situations fiscales (DNVSF). La source proche du dossier a confirmé l'existence de ces mouvements de fonds.