Les fournisseurs sollicités pour la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy sont actuellement interrogés par la police, à la demande des juges bordelais en charge de l'affaire Bettencourt qui cherchent à mettre en évidence un éventuel financement illicite, assure mercredi 6 juin Le Point sur son site.

Les juges avaient déjà fait saisir les comptes de campagne 2007 de Nicolas Sarkozy en début d'année, rappelle l'hebdomadaire. Selon Le Point, les dirigeants d'une demi-douzaine d'entreprises ont été pour l'instant interrogés par les policiers de la brigade financière, mais l'enquête n'a pas mis en évidence de paiement dissimulé. Aucune perquisition n'aurait par ailleurs été menée.

De nombreux témoignages d'anciens employés de maison des Bettencourt, ou une confidence de Liliane Bettencourt consignée dans le journal intime de son ami François-Marie Banier, suggèrent que le couple de milliardaires aidait financièrement, au-delà des limites légales, des hommes politiques dont Nicolas Sarkozy aurait pu faire partie en 2007.

Levée de l'immunité de Nicolas Sarkozy mi-juin

L'ex-homme de confiance de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, fréquentait par ailleurs le trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy, l'ancien ministre UMP Eric Woerth, et l'a rencontré à des dates clés de la campagne, correspondant aussi à des rapatriements depuis la Suisse d'argent en liquide du couple Bettencourt. Patrice de Maistre doit être confronté vendredi à quatre ex-employés de maison des Bettencourt, puis le 14 juin à l'avocat suisse des Bettencourt, Me René Merkt, vraisemblablement sur ces sujets.

Tout cela intervient alors que l'immunité de président de Nicolas Sarkozy prend fin à la mi-juin. Il pourra dès lors être convoqué à tout moment pour être interrogé sur le financement de la campagne de 2007.