Patrick Balkany : "Pour ma démission, mes détracteurs peuvent attendre longtemps !"

Le maire (Les Républicains) de Levallois-Perret réagit au rapport de la chambre régionale des comptes, qui pointe des "anomalies de gestion" à hauteur de 117 millions d'euros dans sa ville.

Le député-maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, lors d'un meeting des Républicains à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), le 9 décembre 2015.
Le député-maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, lors d'un meeting des Républicains à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), le 9 décembre 2015. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Mis à jour le , publié le

"Je le dis haut et fort aux Levalloisiens : il n'y a pas d'anomalies." Patrick Balkany, maire (Les Républicains) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a réagi lors d'un conseil municipal, lundi 16 février, à la présentation d'un rapport de la chambre régionale des comptes (CRC), qui pointe des "anomalies de gestion" à hauteur de 117 millions d'euros dans la ville.

Patrick Balkany a été mis en examen en octobre 2015 pour fraude fiscale dans l'enquête sur son patrimoine. Le député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est déjà mis en examen pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale dans ce dossier.

Une "somme fantasmagorique"

S'agissant de la gestion de sa commune, l'élu s'est défendu lors du conseil municipal tour à tour ponctué par des vivats ou les véhémentes protestations d'un public venu en masse. Evoquant "la disparition prétendue des comptes de la ville" de 117 millions d'euros, Patrick Balkany a qualifié l'estimation de "somme fantasmagorique".

Il la détaille ainsi : "Pour 90 millions, des restes à réaliser en recettes d'investissement ; pour 27 millions, des écritures en attente de régularisation." "Dans une même contorsion, additionner ces sommes semble d'une cohérence intellectuelle douteuse", a souligné le député-maire de cette commune cossue voisine des beaux quartiers parisiens.

"Vous avez menti !"

Dans Le Parisien, Patrick Balkany affirme être "très zen" face à ces nouvelles accusations. "Ce n’est pas agréable à vivre mais j’ai le soutien de mes administrés, du personnel de la ville et de ma majorité. (...) Donc pour la démission, mes détracteurs peuvent attendre longtemps !" lance-t-il.

"Vos réponses à la CRC sont un outrage aux lois de notre pays !" a répliqué le principal opposant de Patrick Balkany, Arnaud de Courson (DVD). Lors de la séance du conseil municipal, il lui a lancé : "Vous avez menti. Chacun va devoir se poser la question : nous cautionnons ou nous dénonçons ? Nous sommes complices ou victimes ? Nous restons ou nous démissionnons ?" "Vous pouvez démissionner !" lui a répondu Patrick Balkany. "Après vous !" a rétorqué Arnaud de Courson.