Isabelle Balkany : "Je n'y suis pour rien si j'allais en Rolls à l'école !"

Les époux Balkany se défendent dans le "JDD" des accusations qui pèsent sur eux.

Isabelle Balkany et son mari Patrick, le 25 novembre 2014 lors d'un meeting de l'UMP à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
Isabelle Balkany et son mari Patrick, le 25 novembre 2014 lors d'un meeting de l'UMP à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). ( MARTIN BUREAU / AFP )

Mis à jour le , publié le

Chez les Balkany, l'heure n'est plus tout à fait à la fête. Dimanche 16 août, Patrick Balkany célèbre pourtant son 67e anniversaire. Mais le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et son épouse, Isabelle, sont plus que jamais dans le viseur des juges d'instruction qui les poursuivent pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de corruption". Dans le JDD (article payant), le couple se défend, une fois encore, des accusations portées contre lui. 

Je n'y suis pour rien si j'ai été élevée dans un hôtel particulier de 3 000 m2 dans le 16e et si, enfant, j'allais en Rolls à l'école !

Isabelle Balkany

JDD

 "Je voulais assurer l'avenir de mes enfants"

A propos de la luxueuse villa Pamplemousse sur l'île de Saint-Martin aux Antilles, saisie et récemment vendue, Isabelle Balkany, qui a reconnu en être la propriétaire, déclare : "J'ai eu de l'argent de ma famille, et je l'avais placé dans cette villa pour mes enfants."

Même défense au sujet du moulin de Cossy, une propriété de quatre hectares évaluée à plusieurs millions d'euros à Giverny (Eure), lui aussi saisi. "Je voulais assurer l'avenir de mes enfants", jure Isabelle Balkany. Cette résidence a été cédée aux enfants Balkany dans les années 1990, mais le couple en conserve l'usufruit et a fait appel de l'ordonnance du juge. 

"Je n'aurais pas dû faire de politique"

Quant au riad marocain de Marrakech dont la justice demande aussi la saisie, les époux Balkany continuent de nier en être les propriétaires. Mais ils reconnaissent volontiers s'y être rendus régulièrement, affirmant qu'il était loué par un membre de leur famille. "On a rien à voir avec cette maison, on y allait en vacances", répète Isabelle Balkany, avant de lancer : "Et vous, si vous louez votre appartement à Paris, cela vous empêche d'inviter des gens ?"

Enfin, concernant leur train de vie, Isabelle Balkany rétorque :" Depuis toujours, on bouffe notre capital, ce n'est quand même pas interdit." Conclusion de l'ancienne élue locale et toujours première adjointe municipale levaloisienne:  "Je n'aurais pas dû faire de politique."