Jean-François Copé va reprendre son activité d'avocat d'affaires

Selon nos informations, le président démissionnaire de l'UMP exercera cette activité à titre indépendant.

Le député-maire de Meaux, Jean-François Copé, lors d'un meeting de l'UMP, le 21 mars 2014 à Paris.
Le député-maire de Meaux, Jean-François Copé, lors d'un meeting de l'UMP, le 21 mars 2014 à Paris. (MAXPPP)

Mis à jour le , publié le

Dans la tourmente depuis le début de l'affaire Bygmalion, Jean-François Copé veut tourner la page du scandale. Après sa démission de la présidence de l'UMP, qui prendra effet dimanche, le député-maire de Meaux reprendra son activité d'avocat d'affaires, ont fait savoir plusieurs de ses proches à francetv info, vendredi 13 juin. Accusé de conflit d'intérêts, Jean-François Copé avait suspendu cette activité au printemps 2013, pour "se consacrer exclusivement à sa famille politique". 

"Aucune loi ne le lui interdit"

Désormais libéré de sa fonction de président de l'UMP, Jean-François Copé souhaite reprendre du service, à titre d'avocat indépendant. "Aucune loi ne le lui interdit. Maintenant qu'il n'est plus président du parti, il retrouve sa liberté de mouvement", justifie l'un de ses relais à l'Assemblée, interrogé par francetv info. "Il sera loin d'être le seul député à exercer la fonction d'avocat", souligne l'un de ses proches collaborateurs, également contacté par francetv info. Selon le site de l'Assemblée nationale, c'est en effet le cas de 37 autres députés.

Dans le cadre de son plan pour moraliser la vie politique, annoncé en avril 2013 après l'affaire Cahuzac, François Hollande avait indiqué que, pour prévenir tout conflit d'intérêt, l'exercice d'un mandat parlementaire serait à l'avenir incompatible avec certains métiers. La profession d'avocat figurait parmi celles visées. Mais lors de l'examen du texte au Parlement, les députés et sénateurs avaient supprimé cette disposition intialement prévue. "Ce serait une grave erreur d'interdire la possibilité pour les parlementaires d'exercer s'ils le souhaitent des professions, avait lui-même estimé Jean-François Copé. L'Assemblée nationale ne peut pas être hors sol."