"Nous pouvons éviter les ruptures", affirme François Hollande avant les manifestations contre la réforme du Code du travail

Le chef de l'Etat s'est exprimé de Venise (Italie), à l'issue d'un sommet franco-italien.

François Hollande, le 8 mars 2016 à Venise (Italie).
François Hollande, le 8 mars 2016 à Venise (Italie). (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Je pense que nous pouvons éviter les ruptures." C'est le message que François Hollande a voulu faire passer, mardi 8 mars, à Venise (Italie), à l'issue du 33e sommet France-Italie. Il s'est exprimé à la veille des manifestations prévues dans toute la France pour protester contre le projet de loi sur la réforme du Code du travail.

"Parce que, ce qu'il y a de plus grave, c'est lorsque ce qui a fondé le pacte social se délite et qu'aucun autre ne vient le remplacer. Voilà pourquoi je pense qu'il faut laisser le temps de la concertation, le temps de la discussion, et que le temps de la décision viendra", a-t-il poursuivi.

"Un texte encore en concertation"

"Ma responsabilité qui est la mienne depuis maintenant quatre ans, c'est de prendre toutes les décisions qui permettront aux jeunes d'avoir plus de stabilité dans l'emploi (...) dans leur vie professionnelle. C'est de donner aussi aux entreprises la possibilité de recruter davantage, c'est d'assurer cette sécurité professionnelle pour les jeunes, tout au long de leur vie, et cette souplesse pour les entreprises", a encore dit François Hollande qui était interrogé sur la jeunesse avant la journée de mercredi.

Le projet de loi El Khomri est "un texte qui n'a pas encore été adopté en Conseil des ministres et qui est encore en concertation, en discussions avec les partenaires sociaux", a-t-il insisté.

Dans le même temps, le Premier ministre, Manuel Valls, a poursuivi des concertations délicates autour de ce projet de loi. Il est sommé par le PS et les syndicats de l'améliorer. Mais le président du Medef, Pierre Gattaz, a mis en garde mardi soir le gouvernement contre un éventuel retrait, qui serait "dramatique pour le pays".