VIDEO. Des milliers de Vénézuéliens descendent dans la rue pour dénoncer la répression

Les manifestants se sont rassemblés samedi devant des installations de l'armée, après la mort de deux jeunes, victimes de tirs militaires dans la semaine à Caracas. Selon le parquet, 75 personnes sont mortes en 85 jours de manifestations.

Voir la vidéo
APTN
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La crise continue au VenezuelaDes milliers de personnes ont défilé, samedi 24 juin, pour dénoncer la "brutale répression" des manifestations contre le président du pays. Nicolas Maduro a affirmé que des opposants seront "sévèrement" jugés pour avoir ourdi un coup d'Etat.

A Caracas et dans d'autres villes du pays, les manifestants se sont rassemblés devant des installations de l'armée après la mort de deux jeunes victimes de tirs militaires cette semaine à Caracas. Ces deux nouveaux décès portent, selon le parquet, à 75 le nombre de morts recensés en 85 jours de manifestations contre Nicolas Maduro, très impopulaire dans un contexte de grave crise économique.

"C'est comme un compte-gouttes mortel"

Samedi, lors d'un d'un discours devant l'armée dans l'Etat de Carabobo, Nicolas Maduro a affirmé que des personnes actuellement "détenues" comparaîtront devant un tribunal militaire. Ils seront jugés pour avoir préparé un coup d'Etat et encouragé une intervention militaire américaine. Il n'a cependant pas précisé le nombre de personnes interpellées, ni s'il s'agit de civils ou de militaires.

Nicolas Maduro a aussi indirectement accusé les dirigeants de l'opposition de pousser à la violence. "Quels sont leurs objectifs ? Laisser la mèche allumée, et qu'il y ait un meurtre ici, un mort là ? C'est comme un compte-gouttes mortel", a-t-il accusé. L'opposition, majoritaire au Parlement, a pour sa part appelé la population à ne plus reconnaître le gouvernement, ni la convocation de l'Assemblée constituante initiée par le président.

Des opposants à Nicolas Maduro manifestent à Caracas (Venezuela) le 24 juin 2017.
Des opposants à Nicolas Maduro manifestent à Caracas (Venezuela) le 24 juin 2017. (JUAN BARRETO / AFP)