Venezuela : le bilan s'alourdit à 24 morts après un mois de mobilisation

Les manifestants demandent la tenue d'élections générales anticipées depuis le 1er avril.

Nouvelle manifestation au Venezuela, lundi 24 avril, pour appeler à des élections anticipées.
Nouvelle manifestation au Venezuela, lundi 24 avril, pour appeler à des élections anticipées. (FEDERICO PARRA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La protestation continue dans un bain de sang au Venezuela. Lundi 24 avril, trois hommes ont été tués dans l'ouest du pays et sept personnes ont été blessées. Ce qui fait grimper le terrible bilan de ce mois de mobilisation en faveur d'élections générales anticipées à 24 morts. Une nouvelle manifestation contre le président socialiste Nicolas Maduro est prévue mercredi 26 avril. 

Lundi 24 avril, deux hommes sont morts dans la ville de Mérida et un autre dans la ville de Barinas, dans l'ouest du pays. La nouvelle journée de mobilisation s'était pourtant déroulée dans le calme, des milliers d'opposants bloquant les routes pour réclamer des élections générales anticipées. Seuls quelques heurts ont été observés quand la police a dispersé, avec du gaz lacrymogène, des manifestants qui lui jetaient des pierres sur une autoroute de la capitale.

"On est dans une guerre civile de basse intensité"

"On est dans une guerre civile de basse intensité", explique Christophe Ventura, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et spécialiste de l’Amérique latine. Depuis le 1er avril, des manifestations contre le pouvoir en place dégénèrent. 

L'une des raisons ? Dans ce pays pétrolier dont l'économie s'est effondrée avec la chute des cours du brut, la majorité des aliments et des médicaments sont introuvables, les privations sont fréquentes. Lassés, sept Vénézuéliens sur dix souhaitent le départ de Nicolas Maduro, selon un sondage Venebarometro.