Les cardinaux prennent leur temps. Réunis depuis lundi 4 mars, ils n'ont toujours pas annoncé de date pour le conclave qui doit désigner le successeur de Benoît XVI. En attendant, au Vatican, le dialogue s'est tendu entre certains cardinaux. Deux clans semblent s'être formés, avec d'un côté celui de Italiens, et de l'autre les cardinaux étrangers.

Les cardinaux débattent depuis lundi des défis qu'affronte l'Eglise catholique. Ils doivent décider ensuite par vote de la date du conclave, réunion secrète des cardinaux du monde entier chargés d'élire le pape. Il doit rassembler 115 cardinaux et se dérouler sous les fresques de Michel-Ange dans la chapelle Sixtine. Cette dernière est d'ailleurs en travaux pour l'installation des prélats. Le poêle est déjà disponible pour brûler toutes les notes des cardinaux lors des discussions. Ils y resteront enfermés jusqu'à l'obtention d'une majorité des deux tiers sur un nom parmi les "papabili", les cardinaux qui peuvent devenir pape.

Les cardinaux préparent le conclave qui doit permettre l'élection du successeur de Benoît XVI, le 6 mars 2013 à la basilique saint-Pierre (Italie).
Les cardinaux préparent le conclave qui doit permettre l'élection du successeur de Benoît XVI, le 6 mars 2013 à la basilique saint-Pierre (Italie). (VINCENZO PINTO / AFP)