Le pape François reçoit des milliers de sans-abri au Vatican

Près de 6 000 Européens, des sans-abri et leurs accompagnateurs, sont attendus ce week-end par le pape François au Vatican, pour un jubilé exceptionnel.

Le pape François le 9 novembre, au Vatican.
Le pape François le 9 novembre, au Vatican. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)
avatar
Mathilde ImbertyfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le pape François ouvre en grand les portes du Vatican à des personnes vivant à la rue. Pendant trois jours, du vendredi 11 au dimanche 13 novembre, ils sont 6 000, venus de toute l'Europe, accueillis par le souverain pontife pour le jubilé des sans-abri.

Joindre la parole aux actes 

Il a répondu à la demande de l'association française Fratello. Dans un courrier envoyé il y a un an, elle suggérait au pape d'inviter des SDF au Vatican. François a accepté, lui qui voulait tourner son pontificat vers les plus démunis.

Ouvrir ses portes aux plus pauvres, c'est aussi ce que prône Fratello au quotidien. L'association organise des colocations entre des actifs et des gens à la rue. "C'est une initiative de laïcs qui ont fait le choix de vivre avec des personnes qui viennent de la rue", explique François Le Forestier, le porte-parole de Fratello. Et cette initiative se propagerait dans "d'autres pays européens". 

Lorsque le pape a été élu, il a dit : 'Je veux une Eglise plus pauvre, pour les pauvres parmi les pauvres'.

Eric, pèlerin français

franceinfo

Ouvrir le Vatican aux plus démunis

Vendredi, le pape François compte rencontrer individuellement une centaine d'exclus et leurs accompagnants. Parmi les 1 200 pèlerins français attendus à Rome, il y a Marc et Éric, deux Lyonnais en colocation.

Le premier est un ancien SDF, le second un jeune actif. Ils sont tous les deux catholiques mais vivent leur foi de façon différente. "En général, Marc reste dix minutes dans les églises, partage Éric. Mais ça ne l'empêche pas de venir à Rome !" Marc précise quand même qu'il lui "arrive d'aller prier, mais tout seul et pas très longtemps !" C'est aussi leurs différences qu'ils sont venus partager avec le pape.

Marc (ancien sans-abri) et Eric, en colocation solidaire depuis sept mois à Lyon.
Marc (ancien sans-abri) et Eric, en colocation solidaire depuis sept mois à Lyon. (MATHILDE IMBERTY)