"Salam, je viens en paix" : une manifestante musulmane expulsée d'un meeting de Donald Trump

"C'est très vite devenu méchant, c'est effrayant", a expliqué Rose Hamid, au micro de CNN. Elle voulait dénoncer les propos anti-musulmans du candidat à la primaire républicaine.

Rose Hamid a été évacuée d'un meeting de Donald Trump, vendredi 8 janvier 2016, après avoir protesté en silence contre les propos du candidat à la primaire républicaine américaine.
Rose Hamid a été évacuée d'un meeting de Donald Trump, vendredi 8 janvier 2016, après avoir protesté en silence contre les propos du candidat à la primaire républicaine américaine. (CNN)

Mis à jour le , publié le

Une femme musulmane a été priée de quitter un meeting de Donald Trump, vendredi 8 janvier à Rock Hill, en Californie (Etats-Unis). Assise dans les gradins situés derrière le podium du candidat à la primaire républicaine, elle s'était levée pour protester en silence contre le candidat à la Maison blanche, avec une inscription sur son vêtement : "Salam, je viens en paix".

"C'est très vite devenu méchant"

Les images télévisées du meeting montrent une femme escortée dans le calme vers la sortie par un policier. Autour d'elle, des partisans du candidat aux primaires républicaines agitent des pancartes et crient dans sa direction, parfois avec véhémence. "C'est très vite devenu méchant, c'est effrayant", a expliqué cette dénommée Rose Hamid, au micro de CNN (en anglais).

Cette hôtesse de l'air de 56 ans avait accroché à son vêtement une étoile jaune marquée "musulmane". Elle voulait dénoncer le discours anti-musulmans du candidat à la primaire républicaine. En effet, après les attentats de Paris et de San Bernardino – commis par des jihadistes – celui-ci a proposé de fermer les frontières des Etats-Unis aux musulmans.

"C'est leur haine, pas notre haine"

"La haine contre nous est incroyable", a commenté Donald Trump, après l'expulsion de la manifestante. "C'est leur haine, pas notre haine". Ses meetings sont désormais systématiquement interrompus par des manifestants. Si Rose Hamid a choisi de protester en silence, d'autres avant elle ont agité des pancartes ou ont crié des slogans.

Jeudi soir, dans le Vermont, le milliardaire a dû s'interrompre à de très nombreuses reprises, le temps que la sécurité évacue les manifestants. La plupart d'entre eux étaient des partisans de Bernie Sanders, ancien maire de Burlington et candidat aux primaires démocrates.