Primaires américaines : un photographe violenté par un policier lors d'un meeting de Donald Trump

Un agent du Secret Service a étranglé un photographe du magazine américain "Time" et l'a précipité au sol. 

Le photographe du "Times" Christopher Morris est conduit en dehors de la salle de meeting de Donald Trump, le 29 février 2016, à Radford (Virginie).
Le photographe du "Times" Christopher Morris est conduit en dehors de la salle de meeting de Donald Trump, le 29 février 2016, à Radford (Virginie). (CHRIS KEANE / REUTERS)

Mis à jour le , publié le

Un service d'ordre musclé. Christopher Morris, photographe du célèbre magazine américain Time, a été violemment plaqué au sol par un policier du Secret Service (le service assurant la sécurité des hautes personnalités américaines), lors d'un meeting de Donald Trump, lundi 29 février 2016. Le candidat aux primaires républicaines était en campagne à Radford en Virginie.

Comme le montre la vidéo de l'incident ci-dessus (il faut observer en bas de la vidéo), Christopher Morris se trouvait au niveau des barrières qui délimitent l'espace presse, au moment où des manifestants ayant interrompu la réunion publique de Donald Trump étaient reconduits à l'extérieur. "Rentre dans l'enclos", dit un policier au journaliste, qui répond : "va te faire foutre". C'est après cet échange que l'agent du Secret Service a étranglé le photographe et l'a précipité au sol. 

"Il m'a attrapé au cou et a commencé à m'étrangler"

Le Secret Service est le service de protection des hautes personnalités aux Etats-Unis, et notamment du président. Il a reconnu dans un communiqué que l'homme était l'un de ses employés avant d'indiquer qui cherchait à "déterminer les circonstances exactes qui ont conduit à l'incident". Une autre vidéo montre le photographe se relevant et lançant sa main au cou de l'agent. Il a ensuite été emmené dehors par des policiers en uniforme. 

"Je suis sorti d'un mètre et demi de la zone presse et il m'a attrapé au cou et a commencé à m'étrangler et me jeter au sol", a expliqué peu après Christopher Morris à un journaliste de CNN.