Etats-Unis : trois preuves que Donald Trump a un problème avec les musulmans

Le candidat à l'investiture républicaine a réclamé lundi la "fermeture totale" des Etats-Unis à tous les musulmans. Une nouvelle proposition polémique pour l'homme d'affaires, grand favori dans les sondages.

Donald Trump lors d'un meeting à Davenport (Iowa, Etats-Unis), le 5 décembre 2015.
Donald Trump lors d'un meeting à Davenport (Iowa, Etats-Unis), le 5 décembre 2015. (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Donald Trump en remet une couche. Le milliardaire, candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2016, a réclamé la "fermeture totale" du territoire américain à tous les musulmans, lundi 7 décembre. La Maison Blanche a vivement dénoncé cette proposition, jugeant qu'elle était "contraire" aux valeurs américaines.

Ce n'est pas la première fois que l'homme d'affaires américain s'attaque à cette communauté. Voici trois propositions polémiques de Donald Trump qui montrent que le grand favori pour représenter le parti républicain a un problème avec les musulmans.

Il envisage de fermer les mosquées aux Etats-Unis

Donald Trump n'a jamais été un ardent défenseur de l'islam. Fin septembre, le républicain a été critiqué pour ne pas avoir repris un militant, qui a affirmé lors d'un meeting que "les Etats-Unis ont un problème : ce sont les musulmans". Mais son discours antimusulmans s'est renforcé depuis les attaques du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. Il a ainsi réclamé "la surveillance de certaines mosquées" américaines, trois jours après les attentats. "Il va falloir observer et étudier les mosquées parce que beaucoup de choses s'y disent", a-t-il déclaré, repris par la chaîne CNN (en anglais).

Dans la même interview, le milliardaire est allé encore plus loin en évoquant la possibilité de fermer les mosquées aux Etats-Unis. "Je détesterais le faire mais c'est quelque chose qu'il va falloir sérieusement envisager", a-t-il martelé, en réagissant à la décision du gouvernement français de fermer les mosquées prêchant la haine. "Il y a une haine absolue qui provient de ces endroits. (...) Cette haine est plus grande que ce que tout le monde imagine."

Il réclame le fichage des musulmans américains

Le candidat à l'investiture républicaine s'est aussi dit favorable au fichage des musulmans américains. "Il faut qu'il le soient, il le faut", a-t-il déclaré à la chaîne NBC (en anglais), jeudi 19 novembre. "Il faut beaucoup de systèmes, au-delà des bases de donnéesJe mettrai cela en place."

Et quelle différence avec les mesures de signalement des juifs prises par les nazis, durant la seconde guerre mondiale ? "A vous de me le dire", a simplement répondu Donald Trump lors de cet entretien.

Il veut fermer les frontières aux musulmans étrangers

Sa dernière proposition en date, donc ? Empêcher les musulmans étrangers d'entrer aux Etats-Unis. C'est qu'a réclamé Donald Trump, lundi 7 décembre, prônant une "fermeture totale" des frontières aux musulmans, "jusqu'à ce que les élus de notre pays comprennent ce qui se passe".

Et l'Américain d'évoquer une étude du Pew Research Center – sans préciser laquelle – qui affirmerait qu'il y a "beaucoup de haine envers les Etats-Unis, venant de larges parts de la population musulmane". Pour Donald Trump, cette "haine" pourrait mener à de nouvelles attaques après la tuerie de San Bernardino, en Californie.

"C'est totalement contraire à nos valeurs en tant qu'Américains", s'est insurgé Ben Rhodes, conseiller de Barack Obama, lundi soir. "Le respect de la liberté de religion est inscrit dans notre Déclaration des droits." Ce qui n'empêche pas le milliardaire de continuer à faire à la course en tête parmi les candidats à l'investiture républicaine, malgré une forte chute dans les sondages.