VIDEO. "Patriotisme économique" : Marine Le Pen cite Donald Trump en exemple

Le constructeur automobile américain Ford a annoncé l'annulation d'un projet d'usine au Mexique, après des menaces de Donald Trump d'imposer une "lourde taxe frontalière" à General Motors, qui produit certains de ses modèles au Mexique.

Voir la vidéo
REUTERS
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

S'exprimant devant des journalistes en marge de ses vœux à la presse à Paris, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a salué mercredi 4 janvier la "volonté politique" du président élu américain Donald Trump.

La veille, Donald Trump, qui entrera en fonction le 20 janvier, a menacé d'imposer une "lourde taxe frontalière" à General Motors, qui produit certains de ses modèles Chevrolet Cruze au Mexique. Dans la foulée, Ford a annoncé l'annulation d'un projet de construction d'une usine d'assemblage au Mexique, un investissement qui était estimé à 1,6 milliard de dollars (1,54 milliard d'euros).

"Quand on veut, on peut"

"Je crois à la volonté en politique", a dit l'eurodéputée, portée par des sondages la donnant présente au second tour de l'élection présidentielle. "Quand on veut, on peut, a-t-elle ajouté. Donald Trump fait la démonstration qu'on peut obtenir effectivement d'une grande entreprise de cesser les procédures de délocalisation et imposer dans l'intérêt du peuple américain la relocalisation d'activités industrielles sur le territoire."

"L'idée, c'est de dire que l'exigence de la relocalisation et que le patriotisme économique, c'est possible, pour peu qu'il y ait qu'une volonté politique derrière. C'est ça l'intéressant dans ce qu'il se passe avec Trump et Ford", a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen présidente ses voeux à la presse le 4 janvier 2017
Marine Le Pen présidente ses voeux à la presse le 4 janvier 2017 (ALAIN JOCARD / AFP)