VIDEO. "Le Watergate, c'est dérisoire à côté de ça" : un ex-boss du renseignement américain torpille les ingérences russes

James Clapper, qui a travaillé dans le renseignement sous tous les présidents américains de Kennedy à Obama, s'adressait à des journalistes à Canberra (Australie), mercredi. Il s'est montré très critique envers Donald Trump.

Voir la vidéo
REUTERS
avatar
franceinfo avec AFP et ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour l'ancien directeur du renseignement américain, le scandale du Watergate qui fit tomber Richard Nixon en 1974 apparaît bien terne à côté de l'affaire des ingérences russes supposées durant la campagne présidentielle aux Etats-Unis. James Clapper, qui a travaillé dans le renseignement sous tous les présidents américains de John F. Kennedy à Barack Obama, s'adressait à des journalistes australiens, à Canberra, mercredi 7 juin.

Il pointe "l'ignorance" de Donald Trump

"Je le dis comme je le pense, vous comparez les deux cas, mais le Watergate, c'est vraiment dérisoire à mes yeux" a déclaré l'ex-patron du renseignement qui a également expliqué que sa priorité avait toujours été la loyauté envers le chef de la Maison Blanche, mais qu'il faisait une exception pour Donald Trump : "Ses actes, le partage des renseignement sensibles avec les Russes et le fait de compromettre la source, reflètent l'ignorance ou le manque de respect, et en soi, c'est très problématique", a-t-il ajouté..

La commission du renseignement du Sénat américain doit entendre, mercredi, quatre hauts responsables pour faire le point sur l'enquête concernant la campagne de piratage et d'influence russe durant la campagne présidentielle, et sur son volet le plus sensible : une éventuelle coordination entre des proches de l'actuel président américain et Moscou. James Clapper est attendu pour une audition à hauts risques pour Donald Trump devant le Congrès américain. 

James Clapper, un ancien directeur du renseignement américain, au Capitole, à Washington, le 8 mai 2017.
James Clapper, un ancien directeur du renseignement américain, au Capitole, à Washington, le 8 mai 2017. (NEWSCOM / SIPA)