Trois questions sur le revirement de Donald Trump sur la présence américaine en Afghanistan

Alors qu'il penchait à l'origine pour un retrait d'Afghanistan, Donald Trump a ouvert la porte à l'envoi de soldats supplémentaires. Franceinfo répond à trois questions sur ce revirement.

Donald Trump donne une conférence de presse sur la base militaire d\'Arlington, en Virginie, le 21 août 2017.
Donald Trump donne une conférence de presse sur la base militaire d'Arlington, en Virginie, le 21 août 2017. (NICHOLAS KAMM / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Donald Trump a exclu, lundi 21 août, de mettre fin à la présence américaine en Afghanistan, ouvrant ainsi la porte à l'envoi de soldats supplémentaires. Le président des Etats-Unis était pourtant jusqu'ici favorable à la fin de l'engagement de son armée dans ce pays, où George W. Bush avait lancé une vaste offensive après les attentats du 11 septembre 2001. Franceinfo répond à trois questions sur ce revirement.

Qu'a annoncé Donald Trump ?

Donald Trump a ouvert la voie lundi à un renforcement des effectifs américains en Afghanistan. Le président américain, qui s'est exprimé devant des militaires près de Washington, n'a toutefois donné aucun chiffre sur ces renforts ou aucune échéance dans le temps, jugeant que c'était "contre-productif". La présence américaine sera soumise aux "conditions sur le terrain, pas aux échéanciers arbitraires", a-t-il affirmé.

Un haut responsable américain a indiqué que Donald Trump avait donné son feu vert au Pentagone pour le déploiement de quelque 3 900 soldats supplémentaires. Si la hausse n'est pas spectaculaire (les Etats-Unis comptaient 100 000 soldats sur place il y a sept ans), elle marque cependant une inversion de tendance par rapport aux dernières années.

Le secrétaire américain de la Défense, Jim Mattis, a de son côté immédiatement annoncé qu'il consulterait le secrétaire général de l'Otan et les alliés des Etats-Unis, soulignant que plusieurs d'entre eux s'étaient également engagés à augmenter le nombre de soldats déployés. Quelque 8 400 militaires américains sont actuellement présents en Afghanistan, au sein d'une force internationale qui compte au total 13 500 hommes. Cette mission sert essentiellement à conseiller les forces de défense afghanes.

Pourquoi ce changement de position ?

Donald Trump a expliqué que sa nouvelle politique dans la région était "un combat pour gagner". Il a martelé qu'un retrait précipité de l'armée américaine créerait un vide qui profiterait aux "terroristes" d'Al-Qaïda et du groupe Etat islamique. S'ils ne sont plus au pouvoir depuis l'intervention américaine en 2001, les talibans continuent de commettre des attentats et de gagner du terrain. Ils affaiblissent en outre le gouvernement afghan, miné par des rivalités ethniques et la corruption, malgré le soutien de la communauté internationale.

Nous n'édifions pas un pays. Nous tuons des terroristes.

Donald Trump

Les forces afghanes contrôleraient ainsi moins de 60% du pays. Washington craint qu'une victoire des talibans ne permette à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique d'établir des bases dans le pays, d'où des attaques contre les Etats-Unis et leurs alliés seraient organisées. Donald Trump a précisé que Kaboul devra coopérer davantage pour justifier la poursuite de l'engagement américain. Il a ajouté que le soutien américain "n'est pas un chèque en blanc".

Fait rare, le président américain a ouvertement reconnu qu'il avait fait volte-face sur ce dossier. "Mon instinct à l'origine allait vers un retrait (...) mais les décisions sont très différentes lorsque vous êtes dans le Bureau ovale", a-t-il admis. Il a ajouté que ses conseillers à la sécurité nationale l'avaient convaincu de renforcer les effectifs militaires des Etats-Unis sur place.

Comment réagissent les talibans ?

"Si les Etats-Unis ne retirent pas leurs troupes d'Afghanistan, [le pays] deviendra bientôt un nouveau cimetière pour cette superpuissance au XXIe siècle, ont réagi mardi les talibans, dans un communiqué. Les dirigeants américains devraient savoir cela." Ils ajoutent que les Etats Unis devraient réfléchir à une stratégie de retrait "plutôt que de continuer la guerre""Tant qu'il y aura un seul soldat américain sur notre sol, et qu'ils continuent à nous imposer la guerre, nous continuerons notre jihad", poursuit le communiqué signé Zabiullah Mujahid, un porte-parole des talibans afghans.

Un haut responsable taliban a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat que Donald Trump continuait dans la ligne du "comportement arrogant" d'autres présidents comme George Bush. "Il est juste en train de gaspiller des soldats américains, a-t-il ajouté. Nous savons comment défendre notre pays. Cela ne changera rien."