Syrie : la réplique de Donald Trump

C'est la première opération militaire américaine à l'encontre du régime syrien. Donald Trump est passé aux actes sans attendre l'ONU. En réplique à la présumée attaque chimique imputée au régime, une pluie de missiles américains a frappé une base aérienne syrienne dans la nuit du 6 au 7 avril.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Au beau milieu de la nuit du 6 au 7 avril, les bruits de la guerre déchirent le ciel syrien. Une pluie de missiles, lancés par des navires américains croisant en Méditerranée. Au moins 59 missiles Tomahawk auraient été tirés contre une base aérienne du centre de la Syrie. D'après le Pentagone c'est d'ici qu'avait été menée l'attaque présumée chimique qui avait fait 86 morts le 4 avril. C'est la première fois en 6 ans de conflits que les États-Unis mènent une coopération massive visant directement l'armée syrienne. "Il ne fait aucun doute que la Syrie a eu à des armes chimiques interdites. Ce soir, j'appelle toutes les nations civilisées à nous rejoindre pour tenter de mettre fin aux massacres et aux bains de sang en Syrie", a déclaré Donald Trump, président des États-Unis.

6 morts et des blessés

Le président syrien, lui, n'a pas encore réagi. Mais à la télévision un général dresse le bilan. "Les États-Unis ont mené une agression flagrante contre l'une de nos bases aériennes dans le centre du pays avec des missiles, faisant 6 morts, des blessés, et d'importants dégâts matériels", a-t-il indiqué. Ce 7 avril, l'allié russe dénonce un coup de force prémédité bien avant l'attaque présumée chimique. Cette attaque en appelle-t-elle d'autres ou est-ce simplement un avertissement ? En tout cas, de Londres à Berlin de nombreuses chancelleries soutiennent l'intervention américaine. La Turquie réclame même le départ de Bachar al-Assad.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a expliqué, le 6 avril 2017, depuis sa résidence de Mar-a-Lago (Floride), avoir ordonné une frappe en Syrie.
Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a expliqué, le 6 avril 2017, depuis sa résidence de Mar-a-Lago (Floride), avoir ordonné une frappe en Syrie. (JIM WATSON / AFP)