Six mois de présidence Trump : "Sa stratégie de communication est tellement efficace que pour l'instant ça fonctionne"

Marie-Cécile Naves, chercheuse associée à l'Institut de relations internationales et stratégiques, est revenue, jeudi pour franceinfo, sur les six premiers mois du président des États-Unis, Donald Trump.

Le président américain Donald Trump, le 18 juillet 2017 à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis).
Le président américain Donald Trump, le 18 juillet 2017 à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis). (SAUL LOEB / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Donald Trump fête ses six mois de présidence à la tête des États-Unis, jeudi 20 juillet. Entre soupçons d'ingérence russe durant l'élection, rafales de tweets, et difficultés à passer ses lois au Congrès, ce premier semestre a été agité. Pourtant, le président américain "estime qu'il a tenu ses promesses" de campagne, a expliqué, sur franceinfo, Marie-Cécile Naves. L'auteure de Trump, l’onde de choc populiste, paru en août 2016, a estimé que s'"il n'a fait passer aucune loi, sa stratégie de communication est tellement efficace que pour l'instant ça fonctionne".

Sa base électorale, lui affiche un "soutien très fort qui le maintient au pouvoir dans le sens où les élus du congrès républicains ne peuvent que le soutenir pour l'instant", a décrypté Marie-Cécile Naves. Malgré ces appuis, un sondage ABC News-Washington Post, Donald Trump aurait un taux d'opinions favorables de seulement 36%. Ce pourcentage historiquement bas se ressent au sein du corps élu républicain à travers les "difficultés extrêmement sévères auxquelles Donald Trump est confronté pour faire passer sa réforme de la santé", a rapporté celle qui est aussi chercheuse associée à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris).

Les républicains subissent Donald Trump

"Donald Trump n'est pas le président que voulaient les républicains, ils sont obligés de faire avec", a poursuivi Marie-Cécile Naves. Supprimer l'Obamacare avant de trouver un accord pour voter une nouvelle loi, ce qui créerait un vide pendant une période, est "un peu suicidaire par rapport à son électorat", a jugé la chercheuse.

"C'est une présidence imprévisible, a considéré Marie-Cécile Naves. Il faut attendre le grand test des élections de mi-mandat l'année prochaine pour voir si cette stratégie, à la fois politique et de communication, peut tenir sur le long terme", a-t-elle conclu.

"Il faut attendre le grand test des élections de mi-mandat pour voir si cette stratégie peut tenir sur le long terme", Marie-Cécile Naves
--'--
--'--