"Quel rapport avec la Révolution française ?" : Danielle Simonnet s'insurge contre la venue de Donald Trump à Paris

L'Insoumise Danielle Simonnet, coordinatrice du Parti de gauche, estime que la présence Donald Trump au défilé du 14-Juillet n'honore pas "la célébration du peuple qui se soulève contre la monarchie".

Danielle Simonnet.
Danielle Simonnet. (YANN BOHAC / CITIZENSIDE)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Donald Trump est arrivé, jeudi 13 juillet, à Paris, pour assister au défilé militaire du 14-Juillet et célébrer le centenaire de l'armée américaine dans la Première Guerre mondiale. Invitée de franceinfo, Danielle Simonnet, oratrice nationale de La France insoumise et coordinatrice du Parti de gauche, a estimé que Donald Trump n'était pas le bienvenu car sa présence n'honore pas "la célébration du peuple qui se soulève contre la monarchie", Donald Trump faisant lui-même partie des "oligarques qui ont remplacé les monarques".

>> Suivez la visite de Donald Trump à Paris en direct

franceinfo : Pourquoi ne considérez-vous pas Donald Trump comme le bienvenu à Paris ?

Danielle Simonnet : Quel rapport entre Donald Trump et la Révolution française ? Le 14-Juillet, ce n'est pas uniquement la fête nationale. C'est surtout la célébration du peuple qui se soulève et qui renverse la monarchie. Or aujourd'hui, on peut dire que les oligarques, tels que le président des Etats-Unis, ont remplacé les monarques. En quoi cela a-t-il un rapport avec le 14-Juillet ? Que représente et incarne Donald Trump ? C'est un sexiste qui veut remettre en cause le droit à l'avortement, c'est un raciste, c'est un climatosceptique, c'est un réactionnaire. On ne voit pas le rapport avec la Révolution française. Il y a eu des précédents. On a déjà eu monsieur Kadhafi, monsieur Bachar al-Assad, invités par Nicolas Sarkozy, ou le prince du Qatar, invité par François Hollande. Ils n'ont rien à faire au défilé du 14-Juillet, après ce sera peut-être de mauvaise augure pour monsieur Trump.

On célèbre quand même le centenaire de l'entrée de l'armée américaine dans la Première Guerre mondiale...

Monsieur Macron, qui aime souvent citer le général de Gaulle, ferait bien d'honorer sa mémoire. Le sens du 14-Juillet et le sens des défilés militaires, ce n'est pas de célébrer les va-t-en-guerre, c'est de célébrer la paix. Le président français ferait bien, au contraire, de prendre la décision qui s'impose au service de la paix et de quitter l'Otan. Il ne devrait pas inviter celui vis-à-vis duquel on a l'impression que la France veut toujours se soumettre ainsi qu'à ce commandement américain de l'Otan et ses logiques va-t-en-guerre. Donc y compris par rapport au sens à donner à la paix, nous sommes en désaccord politique.

Est-ce que Donald Trump est un ennemi ?

En diplomatie, en relations internationales, nous ne pouvons pas utiliser ce genre de terme. Cela signifierait que l'on voudrait partir en guerre contre les Etats-Unis. Or, ce n'est pas le cas, comme pour la Russie. On veut agir en faveur de la paix. Nous pensons que bon nombre d'interventions américaines qui ont entraîné l'Otan sont néfastes. La diplomatie française doit s'honorer avec une autre stratégie, celle de l'indépendance.