Le gouvernement Trump lance la répression contre l'immigration clandestine

Le département de la Sécurité intérieure a autorisé, mardi, les agents d'immigration et de douane à interpeller la plupart des personnes en situation irrégulière qu'ils rencontreraient.

Des manifestants protestent contre la politique migratoire de Donald Trump à New York, le 11 février 2017.
Des manifestants protestent contre la politique migratoire de Donald Trump à New York, le 11 février 2017. (STEPHANIE KEITH / REUTERS)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les clandestins qui bénéficiaient de l'indulgence des autorités américaines sous l'administration Obama ont été prévenus mardi 21 février : presque aucun n'est désormais à l'abri, selon de nouvelles consignes édictées par le gouvernement de Donald Trump.

Concrétisant les promesses de campagne du milliardaire républicain et un décret du 25 janvier, le département de la Sécurité intérieure a autorisé les agents d'immigration et de douane à interpeller la plupart des personnes en situation irrégulière qu'ils rencontreraient dans l'exercice de leur fonction, ne faisant une exception explicite que pour les sans-papiers arrivés enfants sur le territoire, les "Dreamers".

Une politique "d'expulsions de masse"

L'opposition démocrate au Congrès et les associations de défense des sans-papiers ont dénoncé une politique "d'expulsions de masse", un terme contesté par l'exécutif. Ils affirment que des immigrés cesseront d'aller à l'école ou au travail par peur d'une arrestation.

Il est logistiquement impossible aux autorités d'expulser immédiatement tous les sans-papiers des Etats-Unis - 11,1 millions en 2014, selon la dernière estimation du Pew Research Center (en anglais). En pratique, les fonctionnaires auront toujours comme consigne de cibler en priorité les délinquants et les criminels.

Alors que Barack Obama avait mis la priorité sur les personnes venant de traverser la frontière ou ayant été condamnées pour des crimes ou délits graves, il sera désormais laissé à la libre appréciation des fonctionnaires l'évaluation du danger posé par un étranger à l'ordre public ou à la sécurité nationale.