La nouvelle mesure du gouvernement Trump pourrait conduire à l’expulsion de 800.000 jeunes

L’administration Trump a mis fin au dispositif qui protégeait légalement les Américains sans papiers arrivés dans le pays quand ils étaient enfants.

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le ministre de la Justice américaine a annoncé le 5 septembre la suspension du programme DACA. Ce statut donnait le droit provisoire de vivre, étudier et travailler aux États-Unis aux enfants arrivées illégalement sur le sol américain avant l’âge de 15 ans. Ce dispositif avait été mis en place en 2012 par Barack Obama et concerne aujourd'hui près de 800 000 jeunes, surnommés "Dreamers".

L’idéal des "Dreamers" s’éloigne

Introduit dès 2001, le DREAM Act (Development, Relief and Education for Alien Minors Act) devait offrir une chance d’obtenir un permis de résident permanent à ces jeunes, mais n’a jamais été adopté.

Lors d’une manifestation pour le maintien du DACA, Angie Kim, un étudiante coréenne, a mis en avant les futures difficultés que rencontreront ces jeunes. Ces derniers devront "rentrer chez et avoir une conversation avec leur famille sur leur futur, sur ce qui se passera s’ils perdent leur emploi. Ils devront se demander s’ils doivent rentrer dans leur pays par eux-mêmes avant d’y être renvoyés par l’administration." Selon Angie Kim, c'est "dégoûtant, inhumain, cruel." 

La première réelle mesure anti-immigration du gouvernement Trump

Pendant sa campagne présidentielle, Donald Trump avait mis la priorité sur l'expulsion des 11 millions d’Américains estimés sans papiers. Il avait bel et bien promis l’abrogation du DACA, en plus de l’interdiction pour les musulmans d’entrer sur le territoire américain et la construction d’un mur à la frontière mexicaine. Il n’a pour l’instant mis à exécution aucune de ces menaces.

daca
daca (Brut)