G7 : Trump "n'a pas les mains si libres qu'il veut le laisser paraître" pour remettre en cause l'Accord de Paris sur le climat

Bastien Alex, chercheur à l'Iris, a expliqué, vendredi sur franceinfo, que la volonté de Donald Trump, de sortir de l'Accord de Paris, se heurte à la position des milieux économiques américains dans ce domaine.

Donald Trump, le 26 mai 2017, à Taormina, en Sicile.
Donald Trump, le 26 mai 2017, à Taormina, en Sicile. (MIGUEL MEDINA / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le sommet du G7 s'est ouvert, vendredi 26 mai, à Taormina, en Sicile. Donald Trump, le président américain doit prendre la décision de sortir ou non de l'Accord de Paris, à l'issue du sommet sur le climat qui se déroule sur deux jours, en Italie. Bastien Alex, chercheur à l'Iris et co-directeur de l'Observatoire géopolitique des enjeux des changements climatiques en termes de sécurité et de défense, a réagi vendredi après-midi sur franceinfo. Pour lui, Donald Trump "n'a pas les mains si libres qu'il veut le laisser paraître" sur cette question du climat.

franceinfo : Quelle peut-être la prise de position de Donald Trump lors de ce sommet du G7 ?

Bastien Alex : Sa présidence est marquée depuis le début par l'imprévisibilité. Il n'y a donc pas de raisons que ce soit différent pour le climat. Il a reporté à plusieurs reprises sa décision. Dernièrement, il disait qu'il annoncerait sa décision après son retour d'Europe aux États-Unis. C'est donc difficile à pronostiquer, mais je pense qu'il n'a pas les moyens d'annoncer publiquement un retrait des États-Unis de l'Accord de Paris. Il faudrait ensuite qu'il en assume la responsabilité et les conséquences notamment en termes d'image pour son pays, mais aussi d'un point de vue économique.

Peut-on dire que le président américain recule sur ses promesses ?

Ce n'est pas la première fois qu'il recule sur ses promesses. La seule certitude que nous avons est que les promesses de Donald Trump sont toutes remises en question. C'est très compliqué, même au sein de son administration, il y a des lignes de clivages importantes sur cette question.

Pendant la campagne, Donald Trump avait qualifié le changement climatique de "concept inventé par les Chinois". Comment avancer sur cette question du climat si on part de ce postulat ?

Il n'y a pas de consensus possible sur ce sujet. Je pense que le G7 veillera à mentionner rapidement la question du changement climatique dans son communiqué. Cela ne pourra pas durer éternellement, parce qu'il va falloir une clarification à un moment donné. Donald Trump ne pourra pas vraiment revenir en arrière sur cet Accord de Paris. Il ne peut pas abandonner le rôle de leadership sur le climat et les énergies renouvelables à la Chine, car cela serait un précédent dangereux et préjudiciable aux intérêts économiques des États-Unis.

Le climat est-il un enjeu important pour les Américains ?

C'est un enjeu important pour les chercheurs et ceux qui font des affaires, mais sans doute moins pour l'opinion publique. Il est attendu sur ce sujet, mais il n'est pas sorti de ces déboires avec les différentes juridictions. Par exemple, son décret migratoire a été battu en brèche par certaines instances juridiques. Il n'a pas les mains aussi libres qu'il veut le laisser paraître, et sans que ce soit un enjeu crucial pour l'opinion publique, mais le poids que représente la question du climat dans les communautés des affaires est peut-être plus structurant dans le positionnement à venir du président américain.

"Le poids que représente la question du climat dans les communautés des affaires est peut-être plus structurant dans le positionnement à venir du président américain", Bastien Alex
--'--
--'--