Fusillade au Texas : pas de contrôle des armes à venir

Malgré la tuerie qui a ensanglanté le Texas, dimanche 5 novembre, Donald Trump ne veut pas revenir sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sur la page Facebook de Devin Patrick Kelly : la photo d'un fusil d'assaut. Le tueur présumé de l'église texane l'a publiée il y a quelques jours. Il s’agit d'un AR-15, une machine de guerre capable de tuer un très grand nombre de personnes en très peu de temps. Le tueur de Las Vegas, Stephen Paddock, en possédait plusieurs. En octobre dernier, il ouvrait le feu lors d'un concert en tirant plus de 1000 balles en 10 minutes : bilan 58 morts et des centaines de blessés.

Plusieurs tueries, même arme

Las Vegas, Orlando, San Bernardino ou Roseburg, dans l'Oregon... le même fusil a été utilisé. Mais depuis le Japon où il effectue un voyage officiel, Donald Trump l'assure, ce ne sont pas les armes à feu qui sont en cause, mais plutôt la "santé mentale" des auteurs des tueries. Donald Trump refuse d'ouvrir le débat sur l'encadrement des armes aux États-Unis, malgré les démocrates qui le réclament après chaque fusillade.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture de police devant les lieux de la fusillade à Sutherland Springs (Texas), le 6 novembre 2017.
Une voiture de police devant les lieux de la fusillade à Sutherland Springs (Texas), le 6 novembre 2017. (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)