Etats-Unis : les anti-Trump veulent se faire entendre

Ils infiltrent chaque meeting du candidat à la présidence américaine. Une équipe de France 2 a rencontré un groupe de militants anti-Trump.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Le cas Donald Trump et les violences constatées dans ses meetings sont devenues une affaire d'Etat. A trois jours d'une primaire décisive en Floride, Barack Obama a pris la parole. "Il faut arrêter les railleries de cours d'école", aurait dit le président américain. "Des propos assez durs qui s'ajoutent à ceux des opposants de Donald Trump. L'un d'eux parle d'une campagne toxique", souligne le journaliste Jacques Cardoze.
Les réunions publiques du candidat à la présidentielle américaine sont devenues le rendez-vous des opposants à Donald Trump. Et souvent les scènes dégénèrent. Donald Trump lui en rajoute. "J'aimerais lui mettre mon poing dans la figure. Si vous en voyez un qui est prêt à lancer une tomate, cassez lui la gueule, je paierai les frais d'avocat, c'est promis", a lancé Trump lors de l'un de ses meetings. 

Des meetings qui dégénèrent 

A deux pas d'un meeting en Caroline du Nord, des activistes se préparent. La plupart militent dans des organisations de gauche. Leur ennemi, c'est Donald Trump, qui traite les immigrés mexicains de violeurs et veut interdire l'accès aux musulmans au territoire américain. "C'est un fanatique, il est un raciste. Il est plein de haine envers tous ceux qui ne sont pas blancs", commente Emma Reinberg, militante anti-Trump. Les meetings de Donald Trump sont devenus des lieux de tension. A la fin de chaque meeting, c'est désormais une habitude, les anti et pro Trump se retrouvent dans la rue, l'Amérique est à cran et plus que jamais divisée.
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump, mardi 8 mars, à Jupiter, en Floride (Etats-Unis).
Le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump, mardi 8 mars, à Jupiter, en Floride (Etats-Unis). (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)