Donald Trump promet le "feu et la fureur" à la Corée du Nord, qui menace une île américaine

"La Corée du Nord devrait ne plus proférer la moindre menace contre les Etats-Unis", a déclaré le président américain.

Donald Trump à Bedminster (New Jersey, Etats-Unis), le 8 août 2017.
Donald Trump à Bedminster (New Jersey, Etats-Unis), le 8 août 2017. (NICHOLAS KAMM / AFP)
avatar
franceinfo avec ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La Corée du Nord fera face à une puissance de "feu et de fureur telle que le monde n'en n'a jamais vu" si elle renouvelle ses menaces contre les Etats-Unis, a promis, mardi 8 août, le président américain, Donald Trump. "La Corée du Nord devrait ne plus proférer la moindre menace contre les Etats-Unis", a-t-il ajouté lors d'une intervention à Bedminster, dans l'Etat du New Jersey, comme le montre cette vidéo publiée par la chaîne MSNBC (en anglais).

Le président américain avait auparavant déclaré que les Etats-Unis devraient rester "fermes et résolus" face au régime nord-coréen. De son côté, la Corée du Nord s'est dite déterminée à administrer une "sévère leçon" aux Etats-Unis et à recourir à son arsenal nucléaire si Washington entreprenait une quelconque opération militaire.

Pyongyang menace de frapper une île américaine

Quelques heures après les déclarations de Donald Trump, Pyongyang a affirmé "examiner soigneusement" un projet de frappe sur le territoire américain de l'île de Guam, dans le Pacifique. Cette île abrite une base militaire américaine comptant un escadron de sous-marins, une base aérienne et un groupe de garde-côtes.

Le projet de frappe pourra être "mis en pratique" à tout moment dès que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un aura pris une décision, a annoncé un porte-parole de l'Armée populaire de Corée (APC), cité par l'agence officielle KCNA. La Corée du Nord a accusé en outre les Etats-Unis de préparer une "guerre préventive" et a déclaré que toute mise à exécution de ce plan déclencherait "une guerre totale effaçant tous les fiefs des ennemis, notamment le territoire américain".

Dans un discours télévisé, le gouverneur de l'île de Guam a déclaré qu'il travaillait avec Washington pour "assurer [sa] sécurité". "Je veux rassurer la population de Guam qu'actuellement, aucune menace ne pèse sur notre île ni sur les îles Mariannes [du Nord voisines]", a-t-il ajouté. Et de poursuivre : "J'ai parlé à la commandante interarmées de la région des Mariannes, la contre-amiral Shoshana Chatfield, qui me l'a confirmé."