Donald Trump change d'avis et compte envoyer plus de soldats en Afghanistan

Le président américain s'est refusé à donner des chiffres ou une échéance sur ce nouvel envoi de troupes. Un haut responsable américain a cependant parlé de 3 900 soldats.

Donald Trump, le 21 août 2017, dans la base Joint Base Myer-Henderson Hall à Arlington (Virginie). 
Donald Trump, le 21 août 2017, dans la base Joint Base Myer-Henderson Hall à Arlington (Virginie).  (NICHOLAS KAMM / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Donald Trump a exclu, lundi 21 août, tout retrait des Etats-Unis d'Afghanistan, ouvrant la porte à l'envoi de soldats supplémentaires, sans donner de chiffres ni d'échéance pour autant. Un haut responsable américain a cependant souligné, auprès de l'AFP, qu'il avait donné son feu vert au Pentagone pour le déploiement de 3 900 soldats.

"Mon instinct initial était de se retirer"

Dans un discours à la tonalité solennelle d'une vingtaine de minutes, le président américain a affirmé qu'un retrait précipité d'Afghanistan créerait un vide qui profiterait aux "terroristes", d'Al-Qaïda et du groupe Etat islamique. Il a aussi accentué la pression sur le Pakistan, qu'il a accusé d'être un repaire "des agents du chaos".

Fait rare, Donald Trump a ouvertement reconnu qu'il avait fait volte-face sur ce dossier épineux pour l'administration américaine. "Mon instinct initial était de se retirer, a-t-il d'entrée souligné. Mais les décisions sont très différentes lorsque vous êtes dans le Bureau ovale."

"Quittons l'Afghanistan", tweetait Trump en 2013

Avant d'accéder à la Maison Blanche, Donald Trump avait plusieurs fois exprimé sa préférence pour un retrait des troupes du pays. "Quittons l'Afghanistan, écrivait-il sur Twitter en janvier 2013. Nos troupes se font tuer par des Afghans que nous entraînons et nous gaspillons des milliards là-bas. Absurde ! Il faut reconstruire les USA."

Seize ans après les attentats du 11-Septembre qui avaient poussé les Etats-Unis à lancer une vaste offensive pour déloger le régime taliban au pouvoir à Kaboul, le fragile édifice démocratique afghan est menacé par une insurrection déstabilisatrice. Quelque 8 400 soldats américains sont actuellement présents en Afghanistan au sein d'une force internationale qui compte, au total, 13 500 hommes. Celle-ci consiste essentiellement à conseiller les forces de défense afghanes.