Corée du Sud : les ventes et tutoriels de kits de survie explosent par peur d'une guerre nucléaire

Alors que Donald Trump et Kim Jong-un s'échangent paroles acerbes et menaces militaires depuis des semaines, les ventes de kits de survie et les tutoriels Youtube pour s'en confectionner soi-même se multiplient en Corée du Sud.

Extrait de la vidéo Youtube de Kang Yumi, postée le 29 août 2017.
Extrait de la vidéo Youtube de Kang Yumi, postée le 29 août 2017. (CAPTURE D'ÉCRAN / YOUTUBE)
avatar
Frédéric OjardiasRadio France

Mis à jour le
publié le

Si les Sud-Coréens sont habitués aux bravades nord-coréennes, la possibilité de frappes militaires évoquées par le président américain, et l'escalade verbale entre Donald Trump et Kim Jong-un, les inquiètent de plus en plus. En cas de guerre, la capitale sud-coréenne, Séoul, serait la première visée. Cette anxiété se traduit par la hausse des ventes de sacs de survie dans le pays et le succès de nombreux tutoriaux sur internet. 

"J'ai acheté ce sac de survie pour 170 euros, regardons ce qu'il y a dedans" : les tutoriels pour se protéger en cas de guerre se multiplient en Corée du Sud (Frédéric Ojardias, RFI)
--'--
--'--

"C’est la guerre, c’est la guerre !", lance la Youtubeuse Ttimi dans l'une de ses vidéos. Des centaines de vidéos Youtube comme celle-ci ont fait leur apparition ces derniers mois pour expliquer comment préparer un sac de première nécessité en cas de guerre nucléaire. 

Dans une vidéo déjà vue près de 600 000 fois, Kang Yumi déballe le contenu d’un sac de survie : "Si la Corée du Nord se lance dans une guerre totale, il n'y aura plus d'eau potable, nos téléphones ne fonctionneront plus, les banques seront fermées à cause des cyber-attaques, il n'y aura plus d'électricité, plus de gaz, plus rien", explique-t-elle en préambule.

"Mieux vaut prévenir que guérir, poursuit la jeune femme, j'ai donc acheté en ligne ce sac de survie pour 170 euros. Il est plutôt petit, il me fait penser à une tortue, regardons ce qu'il y a dedans." La Youtubeuse en sort un masque à gaz, des rations militaires, une radio portable ou encore une couverture de survie.

Le ton est plutôt léger et humoristique et peu de Sud-Coréens croient qu’une véritable guerre puisse éclater, mais ils commencent à envisager le pire depuis le sixième essai nucléaire nord-coréen.