Attaque chimique en Syrie : Donald Trump laisse planer la menace d'une riposte

En direct de Washington (États-Unis), Jacques Cardoze fait le point sur la position des États-Unis, après l'attaque chimique en Syrie survenue hier, mardi 4 avril.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni ce mercredi 5 avril à New York (États-Unis). Le vote n'a pas encore eu lieu formellement, mais la Russie fait savoir qu'elle mettrait son véto à une commission d'enquête internationale au sujet de l'attaque chimique en Syrie d'hier, mardi 4 avril. Donald Trump laisse planer la menace d'une riposte. "Donald Trump tient des propos troublants : 'Mon opinion a radicalement changé concernant Bachar Al Assad', dit-il. Lui qui avait toujours dit, c'est au peuple syrien de se décider", explique Jacques Cardoze, en directeur de Washington.

"Il a pris ses distances"

En fait dès hier, on a senti que quelque chose changeait à la Maison-Blanche. "Il a pris ses distances. Aujourd'hui, il a qualifié cette attaque 'd'absolument horrible'. Il ne faut pas être naïf, il y a aussi du calcul politique dans tout ça. Cela permet à Donald Trump de tacler d'une certaine façon Barack Obama. Lui-même l'a dit, 'je ne dévoilerai pas mes plans'", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Donald Trump à l\'occasion d\'une réunion sur le système de santé, le 13 mars 2017, à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis).
Donald Trump à l'occasion d'une réunion sur le système de santé, le 13 mars 2017, à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis). (NICHOLAS KAMM / AFP)