Ces politiques français qui vantent les mérites de Donald Trump

Jusqu'ici discrets sur le milliardaire américain, candidat à la primaire républicaine, les élus de droite français commencent à lui reconnaître des qualités.

Laurent Wauquiez s\'exprime lors d\'un meeting des Républicains en vue des élections régionales, le 2 décembre 2015, à Lyon (Rhône).
Laurent Wauquiez s'exprime lors d'un meeting des Républicains en vue des élections régionales, le 2 décembre 2015, à Lyon (Rhône). (JEFF PACHOUD / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Après sa victoire lors du "Super Tuesday", Donald Trump commence à séduire en France. Plusieurs responsables politiques français ont salué, mercredi 2 mars, les qualités du candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle aux Etats-Unis. Sans surprise, ces propos favorables émanent des partis de droite, où l'on loue notamment son franc-parler.

Wauquiez vante sa "parole très directe"

Sur le plateau de France 2, Laurent Wauquiez a refusé de voir en Donald Trump "un modèle", mais a souligné que "c'est quelqu'un qui a une forme de parole très directe, qui aborde un certain nombre de thèmes qui jusque-là étaient plutôt tabouisés (sic) et qui est clair dans ce qu'il exprime".

Pour le président LR de la région Rhône-Alpes-Auvergne, le succès du candidat est "révélateur" des attentes des électeurs occidentaux. "Les gens, globalement, dans les démocraties, ne veulent plus de filets d'eau tiède, ils ne veulent plus d'une espèce de politique insipide qui dit à chacun ce qu'il a envie d'entendre, ils veulent des choses qui ont un peu plus de caractère et de colonne vertébrale", a-t-il assuré. 

Philippot salue "un homme libre"

Si Donald Trump tient des propos avec lesquels Florian Philippot n'est "pas d'accord", le vice-président du Front national a tenu à corriger les "clichés" dont ferait l'objet le magnat de l'immobilier. Ce dernier serait "parfois considéré comme un fou furieux", alors que c'est aussi un "homme libre qui défie des puissances financières considérables". Le candidat "dérange l'establishment américain, parce qu'il est libre, il n'est pas aux ordres du complexe militaro-industriel et de la grande finance".

Par ailleurs, Florian Philippot a affirmé, sur LCP, qu'"il y a des choses intéressantes chez Trump sur la politique étrangère, qui est plus réaliste : il reconnaît les fautes de l'Irak" et veut une politique "moins belliqueuse que Clinton" et que d'autres candidats "néo-conservateurs".

Pour Dupont-Aignan, ses propos "méritent d'être écoutés"

Sur BFMTV, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a vu dans le succès de Donald Trump un "symbole du ras-le-bol des peuples". S'il a qualifié le favori de la primaire de "haut en couleur et excessif", le député-maire de Yerres (Essonne) a salué sa propension à dire "des choses qui méritent d'être écoutées", notamment sur "le contrôle des frontières et le protectionnisme"