Le mystère demeure autour d'une épidémie de malaises dans des avions américains

Alors que l'on recense moins de trois incidents de ce type pour un million de vols aux Etats-Unis, la compagnie American Airlines a vécu une vague d'évanouissements sur deux vols en deux jours.  

Un avion de la compagnie American Airlines décolle de l'aéroport de Washington (Etats-Unis), le 3 janvier 2014. 
Un avion de la compagnie American Airlines décolle de l'aéroport de Washington (Etats-Unis), le 3 janvier 2014.  (GARY CAMERON / REUTERS)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

De mystérieux malaises ont frappé les passagers et les membres d'équipage de deux Boeing 777 de la compagnie American Airlines, à une journée d'intervalle. Jeudi 28 janvier, un vol parti de Rio de Janeiro (Brésil) en direction de Miami (Etats-Unis) s'est posé à Brasilia, après l'évanouissement inexpliqué de plusieurs personnes à bord, rapporte le Daily Mail (en anglais), citant un passager. 

La veille, un Londres-Los Angeles de la même compagnie avait dû rebrousser chemin après que sept personnes eurent perdu connaissance au-dessus de l'Islande, racontait le New York Times (en anglais).

Dans les deux cas, l'origine de ces vertiges et malaises n'a pas été identifiée, et l'état des victimes, prises en charge dès leur sortie des appareils, n'a pas nécessité d'hospitalisation. Selon le Daily Mail, des responsables de la compagnie "refusent de spéculer sur un eventuel lien [entre les deux incidents]." 

Des scénarios similaires 

Les récits des passagers, publiés sur Twitter ou recueillis par la presse, se ressemblent : "Ils ont dit qu'ils avaient la tête qui tournait et qu'ils sentaient qu'ils allaient s'évanouir", selon un passager du vol Londres-Los Angeles, cité par le Mirror (en anglais). "Une hôtesse a perdu connaissance juste à côté des toilettes de la première classe, a encore raconté une chirurgienne américaine qui se trouvait à bord. Elle a repris connaissance une minute plus tard. Puis s'est évanouie à nouveau, avant qu'on ne lui place un masque à oxygène. Cinq autres membres d'équipage et un passager, qui venait de subir un remplacement valvulaire aortique, se sont sentis mal."

Sur le vol Rio-Miami, le Daily Mail dénombre cette fois quatre personnes indisposées, donc trois membres d'équipage.

Plusieurs causes possibles 

Les deux appareils, ainsi que les bagages qu'ils transportaient, ont été inspectés. Pourtant, dans les deux cas, la compagnie a affirmé ne pas être en mesure d'identifier formellement les causes de ces vertiges. "Aucun problème n'a été identifié sur le Boeing 777-300", a indiqué un porte-parole d'American Airlines à Metro.co.uk (en anglais), ajoutant que tous les filtres de l'appareil avaient été remplacés à la suite de l'incident. 

Les passagers du vol Londres-Los Angeles sont d'ailleurs finalement repartis à bord de l'appareil qu'ils avaient emprunté plus tôt, une fois l'inspection terminée. 

Jeudi, le New York Times a rappelé que des situations similaires, bien que rares, étaient déjà survenues en raison "de fuites de fumées issues du moteur". "Les avions de ligne sont conçus pour aspirer l'air chauffé par les moteurs, afin d'assurer la pressurisation de la cabine et de faire fonctionner la climatisation. Parfois, cet air peut être contaminé par des traces d'huile de moteur ou de fluides hydrauliques (...)", a expliqué le quotidien. 

Un phénomène rare mais inquiétant ? 

Selon le New York Times, si les compagnies surveillent ces risques, certains syndicats de pilotes et de personnels navigants s'inquiètent des éventuelles conséquences sur la santé d'une exposition répétée à de telles substances toxiques. En juin 2015, une plainte a été déposée contre Boeing, accusé de mettre ainsi en danger les passagers et le personnel. Cette initiative faisait déjà suite à l'atterrissage en urgence d'un avion d'Alaska Airlines, en 2013, après l'évanouissement d'hôtesses, explique Buzzfeed dans cet article (en anglais) qui revient sur ce débat engagé depuis plusieurs années dans le milieu aéronautique. 

"Malheureusement, il existe des inquiétudes concernant les systèmes de ventilation, confie au site un spécialiste d'un centre de recherche américain. C'est très difficile de régler cette question car les cas sont très rares et très différents à chaque fois." Et pour cause : selon un document publié en 2009 par l'agence fédérale de l'aviation américaine, on recense moins de trois incidents de ce type pour un million de vols.