La chaîne américaine Fox News se sépare de Bill O'Reilly, présentateur star accusé de harcèlement sexuel

Il part après des révélations du "New York Times", selon lesquels 13 millions de dollars ont été versés à cinq femmes, en échange de leur silence.

Bill O\'Reilly, animateur vedette de Fox News, à New York, le 6 avril 2016.
Bill O'Reilly, animateur vedette de Fox News, à New York, le 6 avril 2016. (ILYA S. SAVENOK / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le règne de Bill O'Reilly sur les audiences s'achève. L'animateur Bill O'Reilly, star de la chaîne Fow News depuis vingt ans, quitte l'antenne. Le présentateur est accusé de harcèlement sexuel et "après un examen exhaustif des accusations, la société et Bill O’Reilly se sont mis d’accord pour que Bill O’Reilly ne revienne pas à Fox News", a annoncé la chaîne, mercredi 19 avril.

Bill O'Reilly et son émission quotidienne à 20 heures, le "O'Reilly factor", étaient une valeur sûre de la chaîne, créée en 1996 et qui n'a cessé de progresser avec la montée des valeurs conservatrices et de Donald Trump. Son émission vieille de 20 ans battait depuis des années des records d'audience, avec 3,98 millions de téléspectateurs en moyenne au premier trimestre 2017.

Fidélité des spectateurs, fuite des annonceurs

Les révélations du New York Times (en anglais), le 1er avril, y ont coupé court. Selon le quotidien, Bill O'Reilly et Fox ont versé quelque 13 millions de dollars à cinq femmes, moyennant leur silence et leur renoncement à des poursuites contre le présentateur pour harcèlement sexuel. Or, la chaîne venait déjà d'être éclaboussée par un scandale de harcèlement sexuel impliquant son ancien PDG Robert Ailes et avait promis de changer d'attitude.

Le soutien de Donald Trump (lui-même accusé de harcèlement sexuel), qui a assuré que Bill O'Reilly était "un homme bien" et la fidélité de ses téléspectateurs qui continuaient à le suivre par millions, n'y ont rien fait : les grands annonceurs ont commencé à quitter le navire, dont Mercedes-Benz, BMW ou le groupe pharmaceutique Sanofi. La famille Murdoch, propriétaire de Fox News, s'est finalement résolue à sacrifier son poulain.