Ford envisage de supprimer 20 000 emplois dans le monde

Le numéro 2 américain de l'automobile veut continuer à investir dans les nouvelles technologies mais ses ventes reculent en Amérique du Nord. Des emplois pourraient être supprimés en France.

Entrée d\'une usine Ford à Miami en Floride (Etats-Unis), le 16 mai 2017.
Entrée d'une usine Ford à Miami en Floride (Etats-Unis), le 16 mai 2017. (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)
logo
franceinfoPierre-Yves DuguaRadio France

Mis à jour le
publié le

L'annonce devrait tomber dans les prochains jours. Ford envisage de licencier jusqu'à 20 000 salariés dans le monde, soit 10% de ses effectifs. Avec pour objectif économiser quelque trois milliards de dollars dès cette année. Le constructeur automobile, qui vient d'enregistrer deux années consécutives de profits records, est confronté au ralentissement du marché automobile américain.

Les ouvriers de Blanquefort inquiets

Pour la première fois en sept ans, les ventes reculent aux Etats-Unis. Ford a écoulé 214 695 voitures neuves en avril, soit 7,2% de moins qu'en avril 2016.

Mais pas question pour l'heure de supprimer des emplois en Amérique du Nord. Sous la pression du président américain Donald Trump, la marque à l'ovale bleu s'est même engagée à créer 700 emplois dans l'État ouvrier du Michigan (nord des États-Unis). En début d'année, déjà, le constructeur avait renoncé à délocaliser toute sa production de citadines vers le Mexique.

La France pourrait donc être concernée par cette réduction des effectifs. À Blanquefort (Gironde), Ford emploie 930 personnes. Les ouvriers, qui redoutent une fermeture de l'usine l'an prochain, ont déjà manifesté à plusieurs reprises cette année.