Etats Unis : une nouvelle fusillade fait au moins 4 morts et cinq blessés au Kansas

Un tireur a ouvert le feu dans les locaux de l'entreprise où il a travaillé. Avant d'être abattu, il a tué trois employés. 

Cinq personnes sont dans un état critique, a précisé le shérif de Hesston au Kansas, lors d'une conférence de presse télévisée. Il a révisé à la baisse un précédent bilan qui évoquait jusqu'à 30 blessés et 7 morts.
Cinq personnes sont dans un état critique, a précisé le shérif de Hesston au Kansas, lors d'une conférence de presse télévisée. Il a révisé à la baisse un précédent bilan qui évoquait jusqu'à 30 blessés et 7 morts. (GOOGLE MAPS)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Nouvelle tuerie aux Etats-Unis, la deuxième en moins d'une semaine après celle de Kalamazoo. Un homme a ouvert le feu, jeudi 25 février, tuant au moins 4 personnes et blessant cinq autres dans les locaux de l'entreprise où il a travaillé, Excel Industries, à Hesston au Kansas. Il s'agit d'une société familiale de tondeuses à gazon.

Cinq personnes sont dans un état critique, a précisé le shérif T. Walton lors d'une conférence de presse télévisée, révisant à la baisse un précédent bilan qui évoquait jusqu'à 30 blessés et 7 morts. Le tireur a été abattu "par un agent des forces de l'ordre", a-t-il précisé. Les autorités connaissent son identité mais ne l'ont pas encore révélée. "C'est juste un incident horrible qui est arrivé ici. Il va y avoir beaucoup de gens tristes avant que tout cela soit fini", a-t-il ajouté.

Un appel de soutien de la Maison Blanche

Le policier a également précisé que le tireur avait touché au moins deux des victimes dans la rue avant d'entrer dans les locaux d'Excel, ouvrant notamment le feu dans l'atelier de peinture. L'un a été atteint à l'épaule et l'autre à la jambe. Il n'a pas semblé viser des personnes en particulier et, s'il connaissait probablement une partie de ses victimes qui travaillaient chez Excel comme lui, il a commencé sa tuerie "au hasard", tirant sur certaines personnes alors qu'elles étaient au volant de leur voiture, selon le shérif.

Le shérif n'a pas donné de détails sur les motivations possibles du tireur mais a affirmé que les autorités étaient en possession d'informations indiquant que "certaines choses avaient poussé cet individu", sans plus de détails. "C'est une situation horrible", a-t-il affirmé, ajoutant que ses services avaient reçu un appel de la Maison Blanche.