Etats-Unis : une mère porteuse, enceinte de triplés, poursuit le père biologique pour garder un des bébés

La mère biologique reproche au futur père de lui avoir demandé d'avorter de l'un des fœtus.

La mère, une Américaine de 47 ans, menace de garder les trois enfants si elle n'obtient pas gain de cause.
La mère, une Américaine de 47 ans, menace de garder les trois enfants si elle n'obtient pas gain de cause. (ANNE-SOPHIE BOST / ALTOPRESS / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La bataille judiciaire s'annonce complexe. Une mère porteuse américaine, enceinte de triplés, a entamé des poursuites contre le père biologique afin d'obtenir le droit de garder l'un des bébés. Melissa Cook a pris cette décision après que le futur papa lui aurait demandé d'avorter de l'un des fœtus, rapporte le Daily Beast (en anglais), vendredi 1er janvier.

La mère porteuse n'a aucun lien génétique avec les triplés, issus de la fécondation d'ovules d'une donneuse par les spermatozoïdes du futur père. Mais elle estime que cet élément ne l'empêche pas d'obtenir la garde d'au moins un des bébés, selon la plainte qu'elle a déposé à Los Angeles (Californie).

"Je me suis attachée à ces enfants"

"La mère s'attache aux enfants qu'elle porte pendant neuf mois (...) qu'elle soit ou non liée génétiquement aux enfants, explique Melissa Cook, déjà mère de quatre enfants, dans la plainte. Le processus d'attachement est à la fois psychologique et physique. Il ne peut être (...) diminué par l'existence d'un contrat écrit de gestation par autrui (GPA)."

Le contrat signé par Melissa Cook prévoit qu'elle recevra 33 000 dollars pour son rôle de mère porteuse, plus 6 000 dollars par enfant. Une clause précise toutefois que le père peut demander l'avortement de l'un des fœtus en cas de grossesse multiple. Selon le Daily Beast, ce type de clause est courant dans les contrats de GPA aux Etats-Unis.

Melissa Cook, qui avait accepté cette possibilité, a finalement refusé d'avorter. "Ce sont des êtres humains, je me suis attachée à ces enfants", explique-t-elle encore au New York Post (en anglais).

Le père refuse de séparer les triplés

Le père biologique, qui vit en Géorgie, nie avoir fait pression cette Américaine de 47 ans pour qu'elle avorte. Selon son avocat, il aurait simplement évoqué cette possibilité "pour la sécurité de la mère porteuse et des enfants".

Le père refuse par ailleurs de séparer les triplés. "Qu'est-ce qu'on va faire ? Trouver un arbitre, se retrouver sur un terrain et décider à pile ou face ?, s'interroge son avocat. Il en est hors de question. Mon client va garder les trois enfants." Si elle n'obtient pas gain de cause, Melissa Cook menace de demander la garde des trois bébés.