Etats-Unis : la police tue un homme sourd qui n'entendait pas les ordres

"Il ne peut pas vous entendre", ont pourtant crié les voisins du jeune homme aux policiers venus arrêter son père.

Un policier a tiré sur le jjeune homme sourd avec un taser, tandis qu\'un autre faisait usage de son arme à Oklahoma City (Etats-Unis), le 19 septembre 2017. 
Un policier a tiré sur le jjeune homme sourd avec un taser, tandis qu'un autre faisait usage de son arme à Oklahoma City (Etats-Unis), le 19 septembre 2017.  (Google maps)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Tué parce qu'il ne pouvait pas entendre les ordres des policiers. Les forces de l'ordre d'Oklahoma City, dans le sud des Etats-Unis, font l'objet depuis jeudi 21 septembre de vives critiques après avoir tué un homme sourd et muet de 35 ans.

Le 16 septembre, des policiers, à la recherche d'un homme ayant pris la fuite après un accident de la circulation, se rendent au domicile du suspect. Là, ils se retrouvent face au fils de ce dernier, sourd et muet, selon des témoins, qui ont raconté avoir tenté de prévenir les policiers en leur criant : "Il ne peut pas vous entendre !"

Les agents n'ont cependant pas tenu compte de cette mise en garde et, se sentant menacés, ont pris l'homme pour cible. Un policier lui a tiré dessus avec un taser, tandis qu'un autre faisait usage de son arme le tuant sur le coup.

"Pourquoi cela a dégénéré aussi rapidement ?"

Lorsqu'il a été tué, Magdiel Sanchez tenait dans une main une tige métallique de 60 cm de long avec une boucle en cuir à l'une de ses extrémités. La police a assuré avoir cru qu'il s'agissait d'une arme, sans pouvoir cependant expliquer pourquoi les deux policiers lui avaient tiré dessus avec deux armes différentes.

La communauté des mal-entendants d'Oklahoma City et la très influente Association américaine de défense des libertés civiques (Aclu) sont montées au créneau après le drame. "Magdiel Sanchez a été tué à son propre domicile, alors qu'il n'avait commis le moindre crime", s'est insurgée une responsable de l'Aclu. "Le simple fait de ne pas répondre à des instructions n'est pas une raison acceptable pour l'usage d'une force létale."

"Je ne sais pas pourquoi la situation a dégénéré aussi rapidement", s'est demandé de son côté un responsable de la communauté des mal-entendants de la ville, interrogé par une chaîne de télévision locale, estimant que la police devait sûrement être mieux formée.