Etats-Unis : des élues du Congrès revendiquent le droit de travailler bras nus

Plusieurs femmes parlementaires américaines se sont rassemblées vendredi 14 juillet au Capitole, à Washington, pour réclamer le droit d'avoir "les bras nus". 

Le Capitole, siège du Congrès américain, le 4 mai 2017 à Washington (Etats-Unis). 
Le Capitole, siège du Congrès américain, le 4 mai 2017 à Washington (Etats-Unis).  (NICHOLAS KAMM / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elles l'ont appelé le "Sleeveless Friday", c'est-à-dire le "vendredi sans manche". Une trentaine d'élues américaines se sont réunies, vendredi 14 juillet, devant le Capitole, à Washington, afin de demander un assouplissement des règles vestimentaires au sein du Congrès. Sur les marches du bâtiment, ces femmes parlementaires ont revendiqué leur "droit d'avoir les bras nus" au travail, rapporte le site Yahoo! (en anglais)

L'opération #SleevelessFriday a été lancée jeudi 13 juillet par l'élue démocrate Jackie Speier, députée de Californie. Cette dernière a commencé à distribué des flyers au sein du Capitole. Sur Twitter, la parlementaire américaine a appelé "l'ensemble des membres du Congrès" à la rejoindre le lendemain pour ce mouvement. "Les femmes ont le droit d'avoir les bras nus !", a-t-elle revendiqué. 

Un code vestimentaire obsolète

Ce mouvement est intervenu au lendemain de l'annonce par Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants, d'un travail de révision du code vestimentaire dans le "Speaker Lobby" du Congrès. Selon la chaîne américaine CBS News (en anglais), cette décision a été prise après plusieurs témoignages de journalistes politiques à ce sujet. Plusieurs d'entre elles se seraient vues interdire l'entrée dans le "Speaker Lobby" du bâtiment, notamment du fait de chemises ou robes sans manche.

Paul Ryan a répondu en affirmant que le code vestimentaire du Congrès serait "modernisé". "Nous n'avons pas besoin de bannir une tenue de travail qui est acceptée ailleurs", a reconnu le haut-responsable républicain, cité par le HuffPost. "Attendez-vous à un changement rapide à ce sujet." Selon l'élue Jackie Speier, le mouvement a également obtenu le soutien de plusieurs hommes parlementaires, vêtus de manches courtes pour l'occasion.