Etats-Unis : ce que l'on sait de la tuerie sur un campus de l'Oregon

Neuf étudiants ont été tués et sept blessés dans une fusillade, jeudi, dans une université américaine. Le tireur a été abattu par la police. 

Les étudiants et leurs proches réunis après la fusillade de l\'université d\'Umpqua à Roseburg (Etats-Unis), jeudi 1er octobre.
Les étudiants et leurs proches réunis après la fusillade de l'université d'Umpqua à Roseburg (Etats-Unis), jeudi 1er octobre. (RYAN KANG/AP/SIPA/AP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La ville de Roseburg (Oregon) est sous le choc. Un jeune homme a abattu dix personnes sur le campus de l'université Umpqua Community College, installée dans une région reculée et rurale. Francetv info vous en dit plus sur ce nouveau drame. 

Que s'est-il passé ? 

Vue aérienne de l\'université Umpqua à Roseburg.
Vue aérienne de l'université Umpqua à Roseburg. (THOMAS BOYD/AP/SIPA / AP)

La tuerie a débuté dans une salle de sciences de l'université à 10h40, heure locale. Le tireur a méthodiquement abattu ses victimes pendant plus d'une minute, passant d'une salle de cours à l'autre, décrivent les médias locaux

"J'étais dans la classe d'à côté de celle où le tireur se trouvait", explique une étudiante, Cassandra Welding, 20 ans, sur CNN (en anglais). En entendant des coups de feu, "tous les étudiants dans la classe se sont jetés sous les bureaux et une femme, une de mes camarades de classe, a été voir ce qu'il se passait. Elle a ouvert la porte et, malheureusement, le tireur lui a tiré dessus". Un camarade a alors tiré la jeune femme blessée dans une autre salle pour tenter de la sauver en lui prodiguant des premiers soins. 

Sarah Cobb, 17 ans, était dans un cours d'écriture à côté, lorsqu'elle a entendu le premier coup de feu, rapporte ABC (en anglais). Elle a d'abord cru que le bruit était dû à la chute d'un livre. Ensuite, un professeur a demandé à toute sa classe de sortir en vitesse, alors que les tirs continuaient. "C'était effrayant, je ne savais pas quoi penser, ni quoi faire", confie-t-elle.

Tous décrivent un carnage, avec des personnes en pleurs, complètement affolées, s'échappant des salles de classe, décrit le New York Times. Les étudiants paniqués ont alors éteint la lumière et appelé la police et leurs familles, tentant de se protéger avec leurs sacs, leurs chaises et tout ce qu'ils pouvaient trouver, au cas où le tueur se rapproche d'eux.

Les étudiants et l\'équipe de l\'Université sont évacués après la fusillade de l\'université d\'Umpqua, le 1er octobre 2015.
Les étudiants et l'équipe de l'Université sont évacués après la fusillade de l'université d'Umpqua, le 1er octobre 2015. (MICHAEL SULLIVAN/AP/SIPA / AP)

Combien y a-t-il de victimes ? 

"Pour l'instant, nous pouvons confirmer dix morts" et sept blessés, a déclaré le shérif du comté local, John Hanlin, lors d'une conférence de presse. Trois personnes sont grièvement blessées. Le tireur, abattu par la police, fait partie des dix morts.

"Le plus grand choc sera lorsque les noms (des victimes) seront rendus publics et que l'on va reconnaître certains de ces noms", s'est attristé le maire de Roseburg, évoquant un crime "insensé". Jeudi soir, une veillée aux chandelles a été organisée dans la ville. 

Des habitants de Roseburg ont organisé une veillée le soir de la fusillade.
Des habitants de Roseburg ont organisé une veillée le soir de la fusillade. (RANDY L. RASMUSSEN/AP/SIPA / AP)

Connaît-on l'identité du tireur ? 

L'identité du tireur n'a pas encore été annoncée officiellement. Le shérif a, lui, carrément refusé de donner son nom, rapporte le New York Times (en anglais). "Vous ne m'entendrez jamais prononcer son nom. Je ne vais pas lui donner la reconnaissance qu'il cherchait pour avoir commis cet acte horrible et lâche", a-t-il lancé. De son côté, la procureure de l'Oregon a simplement mentionné "un homme de 20 ans"

Mais plusieurs médias américains affirment qu'il s'agit de Chris Harper Mercer. Cet homme de 26 ans ne serait pas étudiant dans cette université qui accueille 3 000 élèves. Des sources policières, citées par la chaîne CBS News (en anglais), indiquent que "quatre armes – plusieurs pistolets et un fusil – ont été retrouvées sur la scène de la fusillade".

On en sait peu sur ses motivations. Selon CBS News, il semblait toutefois attiré par les fusillades. Lors de son entrée dans l'université, le jeune homme aurait lancé aux étudiants : "Levez-vous si vous êtes chrétiens, rapporte CNNBien, parce que si vous êtes chrétiens, vous allez voir Dieu dans une seconde."

Selon sa demi-sœur, Carmen Nesnick, interrogée par CBS Los Angeles, Chris Harper Mercer est né en Angleterre et a rejoint les Etats-Unis durant son enfance. Elle le décrit comme un garçon "attentionné et solidaire" qui voulait "que tout le monde soit heureux". La dernière fois qu'elle a vu son demi-frère, c'était il y a un an. La jeune femme a ajouté que celui-ci "n'était pas religieux ou anti-religieux", et que "sa famille [était] chrétienne". 

Certains médias américains évoquent l'existence d'un blog qui appartiendrait au tueur. Il y aurait posté plusieurs articles faisant référence à des tueries, comme celle des journalistes tués en Virginie en août, ou celle perpétrée dans une école primaire de Newtown en 2012.  Peu avant les événements, un mystérieux message avait été posté sur le forum 4Chan, conseillant aux internautes de ne pas se rendre à l'école jeudi, "s'ils habitent dans le Nord-Ouest". Cependant, le lien avec la fusillade de l'Oregon n'a pas été établi.

Comment a réagi Barack Obama ? 

"C'est devenu une routine." Visage fermé, le président américain a déploré ce nouveau massacre et a appelé, une nouvelle fois, le Congrès à légiférer pour mieux encadrer l'utilisation des armes à feu. "Nos pensées et nos prières ne sont pas suffisantes", a lancé Barack Obama, avant de prendre à partie les Américains. 

Il les a ainsi appelés à demander des comptes à leurs élus sur ce sujet. "A chaque fois qu'un drame comme celui-ci se produira, je répéterai que nous pouvons y faire quelque chose mais que nous devons changer nos lois", a-t-il conclu.

Les fusillades sont très fréquentes dans les lycées et universités aux Etats-Unis : l'une d'elles avait déjà eu lieu dans un lycée du Dakota du Sud, mercredi, faisant un blessé. Début septembre, un tireur avait visé une université de Sacramento, faisant un mort et deux blessés.