Etats-Unis : ce que l'on sait de l'attaque à la camionnette qui a fait huit morts à New York

Le chauffeur a fauché des cyclistes mardi dans le sud de l'île de Manhattan, faisant huit morts et au moins 11 blessés dans un acte qualifié de terroriste par les autorités.

Les enquêteurs autour de la camionnette qui a fauché des passants dans les rues de New York (Etats-Unis), mardi 31 octobre.
Les enquêteurs autour de la camionnette qui a fauché des passants dans les rues de New York (Etats-Unis), mardi 31 octobre. (DON EMMERT / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est la première fois depuis le 11 septembre 2001 qu'un attentat fait des morts à New York. Un homme, au volant de son véhicule, a fauché des cyclistes dans le sud de l'île de Manhattan, mardi 31 octobre. Le dernier bilan fait état de huit morts et d'une douzaine de blessés. Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de cette attaque qualifiée "d'acte de terrorisme" par le maire de New York, Bill de Blasio. 

Que s'est-il passé ? 

Les faits se sont déroulés vers 15h15 (20h15 à Paris) sur la grande artère de West Houston Street, où se pressaient beaucoup de passants en cette journée ensoleillée et où beaucoup s'apprêtaient à fêter Halloween. La camionnette, qui avait été louée auprès du loueur Home Depot, a d'abord emprunté la piste cyclable sur près d'un kilomètre, renversant plusieurs cyclistes, avant d'entrer dans un bus de ramassage scolaire et d'être obligée de s'arrêter, a expliqué le chef de la police, James O'Neill.

Le chauffeur est alors sorti de son véhicule de location, armé d'un fusil à air comprimé et d'un fusil de paint-ball. C'est à ce moment-là que les policiers lui ont tiré dessus et l'ont appréhendé. L'homme a été touché à l'abdomen et a dû être hospitalisé. 

Il a été interrogé dans la journée sur son lit d'hôpital, avant d'être inculpé pour terrorisme, a annoncé le parquet fédéral de Manhattan. 

Qui sont les victimes ? 

Au total, huit passants ont été tués par le conducteur du véhicule, et selon les pompiers, 11 personnes ont été blessées et hospitalisées, dans un état "grave" mais sans que le pronostic vital soit engagé. Cinq touristes argentins et une femme  belge ont été tués. Les Argentins, originaires de Rosario, "fêtaient le 30e anniversaire de la fin de leurs études", selon un communiqué officiel venant de Buenos Aires. Un sixième Argentin, membre de ce groupe, figure parmi les blessés. La femme belge tuée, originaire de Roulers, visitait New York en compagnie de sa sœur et de sa mère.

Que sait-on de l'auteur de cette attaque ? 

Lors d'une conférence de presse, le chef adjoint de la police de New York, John Miller, a confirmé qu'il s'agit de Sayfullo Saipov, un homme de 29 ans arrivé sur le territoire des Etats-Unis en mars 2010.

>>>Attentat de New York : qui est Sayfullo Saipov, le principal suspect de l'attaque de Manhattan ?

Après son arrivée, Sayfullo Saipov a été chauffeur routier, affirme le New York Times. Quand il s'est installé dans le New Jersey, il a troqué les camions pour les Uber. Sayfullo Saipov était connu des autorités, mais dans le cadre d'une enquête sans lien avec le terrorisme, affirment des sources au New York Times. Selon Buzzfeed, il a fait l'objet d'un mandat d'arrêt dans le Missouri, pour ne pas s'être rendu au tribunal où il devait être jugé pour un délit routier.

Il semble avoir agi au nom du groupe Etat islamique (EI), a ajouté le chef adjoint de la police, mentionnant la découverte de notes écrites en arabe dans le véhicule affirmant que l'EI "résistera toujours".

Comment réagissent les autorités ? 

La sécurité va être renforcée dans les villes durant les prochaines heures. Lors d'une conférence de presse, le maire de New York, Bill de Blasio a confirmé que le marathon de la ville, prévu dimanche 5 novembre, était maintenu.

Comment a réagi Donald Trump ? 

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a dans un premier temps qualifié l'assaillant de New York de "personne malade et déséquilibrée", sur Twitter. "Les forces de l'ordre suivent cela de près. PAS AUX USA !", a ajouté le président.

Mais peu de temps après, le président américain a entretenu la confusion sur les motivations et l'origine du suspect, évoquant le groupe Etat Islamique. "Nous ne devons pas permettre à l'EI de revenir ou entrer dans notre pays après les avoir vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez !", a-t-il tweeté, alors que les autorités new-yorkaises n'ont pour l'heure lié l'attentat à aucune organisation.

Puis, au lendemain de l'attaque, Donald Trump a durci le ton depuis la Maison Blanche. Le président américain a notamment appelé à un changement de politique sur l'immigration, avec en particulier la fin du système d'attribution à la loterie des célèbres cartes vertes. Ce système offre chaque année à 50 000 personnes tirées au sort la possibilité de s'installer aux Etats-Unis et d'y travailler. Donald Trump a également évoqué la possibilité d'envoyer l'auteur présumé de l'attentat dans la prison de Guantanamo.