Etat d'urgence en Californie à cause d'une fuite massive de méthane

Des milliers de résidents ont été contraints d'évacuer la zone autour de Los Angeles. Pour les experts, c'est une catastrophe écologique majeure.

Dans la localité de Porter Ranch, près de Los Angeles (Californie, Etats-Unis), où des milliers de personnes ont été évacuées à cause d'une fuite massive de méthane, le 22 décembre 2015.
Dans la localité de Porter Ranch, près de Los Angeles (Californie, Etats-Unis), où des milliers de personnes ont été évacuées à cause d'une fuite massive de méthane, le 22 décembre 2015. (DAVID MCNEW / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'état d'urgence a été décrété par le gouverneur de Californie (Etats-Unis), jeudi 7 janvier, à cause d'une fuite massive de méthane à Porter Ranch, dans la banlieue de Los Angeles. Des milliers de résidents ont été contraints d'évacuer la zone et des milliers d'autres ont demandé à l'être.

Nausées, saignements de nez et maux de tête

Cette fuite a lieu dans un puits de méthane depuis plusieurs mois. Mais la mise en place de l'état d'urgence permet de mobiliser l'ensemble des agences gouvernementales de l'Etat pour venir en aide à la population des environs de Porter Ranch.

A cause de la fuite de méthane, et notamment d'additifs nauséabonds destinés à signaler les fuites de méthane, gaz inodore, beaucoup d'habitants des environs ont souffert de nausées, saignements de nez et maux de tête.

Une source de pollution majeure

Cette fuite est "incomparable, catastrophique" car c'est du méthane, un gaz à effet de serre "80 fois plus puissant que le CO2 à l'échelle de vingt ans, et qui agit beaucoup plus rapidement", dénonce Stephanie Pincetl, professeure de sciences environnementales à l'université UCLA.

Selon les autorités, la fuite dégage entre 30 000 et 58 000 kilogrammes par heure de méthane dans l'air. C'est "l'équivalent de trois quarts des émissions de toutes les raffineries de pétrole de la Californie en un an", souligne Stephanie Pincetl.

L'autorité de la qualité de l'air en Californie estime que la fuite est si massive qu'elle augmente la production de gaz à effet de serre pour toute la côte de 25%.