"Ne pas être raciste ne suffit plus, il faut être antiraciste !" : à Los Angeles, près de 2000 manifestants défilent dans les rues

À Los Angeles, 2000 personnes ont manifesté contre le racisme, samedi, une semaine après les violences à Charlottesville. Ils dénoncent aussi l'attitude de Donald Trump, le 45e président américain.

2 000 personnes ont défilé contre le racisme, le 19 août 2017, à Los Angeles, aux Etats-Unis.
2 000 personnes ont défilé contre le racisme, le 19 août 2017, à Los Angeles, aux Etats-Unis. (LOÏC PIALAT / FRANCEINFO)
avatar
Loïc PialatRadio France

Mis à jour le
publié le

Plusieurs manifestations antiracistes étaient organisées à travers les États-Unis samedi 19 août, une semaine après les violences à Charlottesville (Virginie) qui ont fait un mort et 19 blessés et créé un climat électrique dans le pays. Samedi, les manifestants dénonçaient aussi les réactions de Donald Trump, le 45e président américain, accusé de ne pas avoir condamné clairement les suprématistes blancs et avoir renvoyé dos à dos les militants d'extrême droite et les contre-manifestants qui dénonçaient le racisme.

À Los Angeles, près de 2 000 personnes ont manifesté dans le quartier touristique de Venice Beach. 

Manifestation contre le racisme à Los Angeles : le reportage de Loïc Pialat
--'--
--'--

"Donad Trump doit partir", "ces rues sont à nous"... Les slogans résonnent dans les rues de Los Angeles et dans le pays depuis les manifestations anti-Trump de janvier. Les touristes sortent des boutiques de souvenirs qui bordent la plage de Venice. Portable à la main, ils filment le cortège défilant sous les palmiers. Dans la foule, un couple tient une pancarte sur laquelle il a écrit : "Les suprématistes blancs sont des terroristes". "C'est quand même fou d'avoir encore besoin, de nos jours, de manifester pour montrer sa solidarité aux victimes de préjugés", lance Satkartar. Pour son petit ami, Alberto, "ne pas être raciste ne suffit plus, il faut être antiraciste maintenant !"

"Cela fait 500 ans que ça dure"

"Si vous regardez autour de vous, il n'y a qu'une poignée de Noirs alors je dois représenter les miens, indique Francisco, chapeau de paille sur la tête. Je ne suis pas surpris par ce qu'il se passe aux États-Unis. Cela fait 500 ans que ça dure pour nous mon ami. Avec Trump au pouvoir, le racisme sort du bois. Pour les autres, ça a probablement empiré. Mais les Noirs ont toujours souffert en Amérique."

Des manifestations comme celles-là sont parfois "nécessaires pour guérir". C'est Donald Trump lui-même qui l'a affirmé sur Twitter, samedi 19 août.

La plus grande manifestation s'est tenue à Boston (Massachusetts), samedi, avec près de 40 000 personnes dans le cortège entre Tremont Street et Boston Common, une des places les plus célèbres de la métropole, bastion démocrate et anti-Trump. Le défilé a été marqué par quelques accrochages avec la police.