Les documents sur l'assassinat de Kennedy "pourraient perturber la perception que les Américains ont de leur pays"

Les documents liés à l'assassinat de John F. Kennedy devraient être déclassifiés pourraient conforter la "théorie déjà assez développée d'un coup d'État" selon Marc Dugain, écrivain.

Unes de journaux d\'époque datant de l\'assassinat de John F. Kennedy, photographiées le 26 septembre 2013. 
Unes de journaux d'époque datant de l'assassinat de John F. Kennedy, photographiées le 26 septembre 2013.  (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Une loi américaine datant de 1992 prévoit que d'ici jeudi 27 octobre 2017, tous les documents relatifs à l'assassinat de John F. Kennedy, le 22 novembre 1963, à Dallas, doivent être rendus publics. Donald Trump s'est dit prêt à tout publier, sauf si la sécurité nationale était en jeu. 

Publier ces archives ferait ressortir "beaucoup de secrets qui pourraient perturber la perception que les Américains ont de leur pays", alors que "les États-Unis n'ont jamais voulu regarder la vérité en face", a estimé dimanche 22 octobre sur franceinfo Marc Dugain, écrivain auteur de plusieurs romans très fouillés sur les assassinats des deux frères Kennedy. Comme 61 % des Américains, il ne croit pas à la thèse "officielle" mettant en cause Lee Harvey Oswald comme un tireur isolé.

franceinfo : qu'attendez-vous de la publication de ces milliers de documents ?

Marc Dugain : J'ai envie de consulter ces documents, mais je n'ai pas beaucoup d'illusions sur ce qui va en ressortir. Surtout, je n'ai pas d'illusions sur la capacité des Américains à regarder en face ce qui s'est passé. La question est de savoir si ils vont accepter que la CIA a été, en particulier avec ses black ops, partie prenante dans l'assassinat de leur président. Cela amènerait à une théorie déjà assez développée, celle d'un coup d'État.

Tous les liens entre la CIA, la mafia, le complexe militaro-industriel, les anti-castristes pourraient peut-être être mis à jour par ces archives.

Marc Dugain, écrivain

à franceinfo

Mais j'en doute sincèrement. Ça voudrait dire parler de la politique américaine en Amérique du Sud, ça voudrait dire révéler des choses sur la Guerre froide, c'est beaucoup de secrets qui pourraient perturber la perception que les Américains ont de leur pays.

La CIA met en avant la mise en danger de certains de ses agents si ces archives devaient être publiées. L'assassinat de John F. Kennedy illustre-t-il une certaine politique du mensonge aux États-Unis ?

C'est une falsification de l'histoire. Les États-Unis n'ont jamais voulu regarder la vérité en face. Tant que les Américains n'auront pas donné cette vérité ils ne seront pas crédibles. On a vu d'autres mensonges, comme celui de la guerre d'Irak, qui posent un vrai problème de crédibilité internationale.

Que reste-t-il selon vous à faire dans l'affaire Kennedy pour prouver qu'il ne s'agit pas d'un tireur isolé ?

Il y a tellement d'évidences qu'on ne peut pas y croire. Ensuite, qui a fait ça si ce n'est pas un tireur isolé ? C'est un complot qui s'est mis en place soigneusement. Le problème est que la plupart des témoins ont disparu aujourd'hui. Peut-être George Bush père aurait-il quelque chose à nous dire. Les preuves du complot, je pense qu'on ne les aura pas avant très longtemps.

Cet assassinat suscite de nombreuses théories du complot. N'y a-t-il pas quand même beaucoup de romantisme autour de l'affaire JFK ?

Il y a effectivement beaucoup de complotisme ambiant. Mais sur l'affaire des assassinats des deux frères Kennedy, je pense qu'il est clair qu'il y a eu un complot.