A 93 ans, un vétéran américain du Débarquement retrouve son amoureuse perdue de vue depuis 70 ans

Il avait rencontré sa dulcinée à Londres peu avant le débarquement des troupes américaines en Normandie, auquel il avait participé.

Ces renforts américains de la 4e division d'infanterie débarquent sur la côte normande, le 6 juin 1944. 
Ces renforts américains de la 4e division d'infanterie débarquent sur la côte normande, le 6 juin 1944.  (STF / IMPERIAL WAR MUSEUM /AFP)

Mis à jour le , publié le

Une belle histoire à quelques jours de la Saint-Valentin. A 93 ans, Norwood Thomas a retrouvé, mercredi 10 février en Australie, Joyce Morris, son amoureuse londonienne perdue de vue depuis soixante-dix ans, explique BFMTV.

Norwood (alors âgé de 21 ans) et Joyce (17 ans à l'époque) s'étaient rencontrés quelques mois avant le débarquement des troupes américaines en Normandie, le 6 juin 1944, raconte la chaîne australienne ABC News. En 1945, à la fin de la guerre, l'Américain reçoit l'ordre de rentrer chez lui, en ayant à peine le temps de faire ses adieux à Joyce. Cette dernière reste à Londres.

Retrouvé grâce à son témoignage sur le débarquement

Ils entretiennent une correspondance. L'ancien militaire affirme qu'il a demandé à Joyce de la rejoindre aux Etats-Unis pour l'épouser. Elle dit s'être méprise sur le sens de sa lettre. Pensant qu'il avait rencontré quelqu'un d'autre, elle a cessé toute correspondance. Chacun s'est alors marié de son côté.

Partie en Australie avec son mari, Joyce Morris divorce trente ans plus tard. En 2015, elle cherche à retrouver Norwood. Bingo : son fils retrouve la trace du vétéran dans un article [du journal PilotOnline.com], qui avait recueilli des témoignages sur le Débarquement. Par l'intermédiaire du journaliste, les deux tourtereaux se retrouvent et peuvent échanger sur Skype. Parallèlement, sur internet, une collecte de fonds est organisée pour permettre les retrouvailles des deux amoureux, et la compagnie aérienne a offert le vol.

"Elle a beaucoup changé... Mais moi aussi"

Epilogue : mercredi 10 février, un peu nerveux, de son propre aveu, et accompagné de son fils Steve, Thomas est arrivé à Adélaïde (Australie) où il a passé quinze jours, rapporte la chaîne ABC sur son fil Twitter.

"C'était merveilleux, de la revoir soixante-dix ans plus tard, a confié le nonagénaire américain. Bien sûr, elle a beaucoup changé... mais moi aussi."