Un brise-glace australien s'échoue en Antarctique après une tempête avec 68 personnes à bord

L'épais brouillard empêche l'équipage, coincé depuis mercredi, d'évaluer les dégâts du navire.

Le brise-glace "Aurora Australis", dans le blizzard, à la base Mawson, en Antarctique, le 25 février 2016.
Le brise-glace "Aurora Australis", dans le blizzard, à la base Mawson, en Antarctique, le 25 février 2016. (AUSTRALIAN ANTARCTIC DIVISION / AFP)

Mis à jour le , publié le

Le brise-glace australien Aurora Australis a rompu son mouillage et s'est échoué, lors d'une tempête, en Antarctique, piégeant ses 68 membres d'équipage et passagers, annonce le gouvernement australien, jeudi 25 février. L'incident a eu lieu mercredi matin, vers 9h15, heure de Sydney (23h15 mardi, à Paris), alors que l'imposant navire effectuait une mission de ravitaillement de la base australienne Mawson, balayée par des vents soufflant à plus de 130 km/h.

L'équipage sain et sauf

"Au total, 68 membres de l'expédition et de l'équipage sont à bord, tous sains et saufs", indique dans un communiqué la Division antarctique d'Australie (AAD). Aucun dommage sur la coque n'a été repéré, ni aucune voie d'eau. L'Aurora Australis a échoué à West Arm, à Horseshoe Harbour, dans la Baie de Holmes. "La tempête de neige complique l'évaluation des dégâts, et l'équipage inspecte de près la coque depuis l'intérieur." L'AAD précise que le vent ne doit pas souffler plus fort que 55 km/h pour permettre tout transfert depuis le navire vers le continent blanc. La tempête devrait se calmer dans la nuit de jeudi à vendredi.

L'Australie compte trois bases permanentes en Antarctique - Mawson, Davis et Casey - ainsi qu'une station sur l'île Macquarie, toutes régulièrement ravitaillées par l'Aurora Australis, qui appartient à la compagnie P&O Maritime Services. Il devait mettre le cap dans les prochains jours vers la base de Davis pour y récupérer des passagers, et les ramener en Australie entre le 15 et le 23 mars. "La capacité du bateau à poursuivre sa mission actuelle est inconnue", ajoute l'AAD, qui précise qu'elle a d'autres moyens, aériens ou maritimes, prêts à prendre le relai en cas de nécessité.