Explosion en Turquie : François Hollande dénonce un "odieux attentat"

L'explosion a eu lieu à proximité de l'état-major de l'armée, mercredi.

CIHAN HABER AJANSI / YOUTUBE

Mis à jour le , publié le

Ce qu'il faut savoir

La capitale turque touchée en plein cœur. L'explosion d'un véhicule a fait au moins vingt-huit morts et soixante-et-un blessés, mercredi 17 février, dans le centre d'Ankara, selon un bilan officiel. L'attentat a eu lieu non loin de l'état-major de l'armée et du Parlement. 

L'armée turque prise pour cible ? L'explosion a touché un car transportant des militaires, arrêté à un feu rouge. Il faisait partie d'un convoi de véhicules circulant à proximité de la place centrale de Kizilay.

La piste terroriste privilégiée. Rapidement après l'attaque, le parti conservateur au pouvoir, l'AKP, et les autorités ont dénoncé "un acte terroriste". Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et l'organisation Etat islamique sont pointés du doigt par plusieurs sources sécuritaires.

Ankara déjà touchée en octobre. Un double attentat avait fait 103 morts, le 10 octobre, soit l'attentat le plus meurtrier de l'histoire du pays. Comme tous les attentats commis depuis l'été en Turquie, il avait été attribué au groupe Etat islamique.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct