Turquie : le "crime" de Mathias Depardon, "c'est d'avoir fait du journalisme", dénonce Reporters sans frontières

"En Turquie, les journalistes qui font leur travail sont soit des terroristes, soit des espions, soit les deux", a regretté le secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire.

FRANCEINFO
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

"Le crime" de Mathias Depardon, "c'est d'avoir fait du journalisme", a dénoncé mercredi 7 juin sur franceinfo Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. Le photographe Français est détenu en Turquie depuis le 8 mai. Il a été arrêté à Hasankeyf, dans la province de Batman (Sud-Est) alors qu'il effectuait un reportage pour le magazine National Geographic.

Pour Christophe Deloire, cette détention est "illégitime et arbitraire", les droits du journaliste français sont "totalement violés". "Un arrêté d'expulsion a été prononcé. Il aurait dû, dans les 48 heures suivantes, être placé dans un avion de retour vers la France. Ce n'est toujours pas la cas", a regretté le secrétaire général de Reporters sans frontières.

Une procédure pour "propagande terroriste"

Christophe Deloire a indiqué que la situation était "extrêmement complexe" et que deux procédures contre Mathias Depardon se mêlaient. "Il y a une procédure de police de la direction des migrations du ministère de l'Intérieur où, semble-t-il, il y a un blocage, qui est fondé sur l'absence d'une carte de presse, a expliqué le secrétaire général de RSF. En réalité, Mathias Depardon avait sollicité le renouvellement de sa carte de presse, puisque il habite à Istanbul depuis cinq ans, et ce sont les autorités turques qui n'ont pas répondu à cette demande."

"Il y a procédure judicaire pour propagande terroriste, a poursuivi Christophe Deloire, parce Mathias Depardon a publié une photo avec un drapeau du PKK, ce mouvement terroriste. Mais il n'est pas un propagandiste parce qu'il a pris une photo ! Cette procédure est toujours ouverte. Le procureur a décidé qu'il n'y avait pas lieu à détention provisoire. En Turquie, les journalistes qui font leur travail sont soit des terroristes, soit des espions, soit les deux."

Appel au rassemblement à Paris

Le comité de soutien au photojournaliste Mathias Depardon avait appellé à un rassemblement mercredi, à 9h30, devant la mairie du 4e arrondissement de Paris. La mère de Mathias Depardon, Danièle Van De Lanotte, se rendra jeudi en Turquie pour tenter de rendre visite à son fils.

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, le 7 juin 2017.
Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, le 7 juin 2017. (FRANCEINFO)