Référendum en Turquie : le oui à un régime présidentiel fort

En direct depuis Istanbul, Leïla Salhi revient sur les conséquences en Turquie du "oui" à la réforme constitutionnelle, voulue par Erdogan.  

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le président turc  a obtenu de justesse un "oui" au référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, dimanche 16 avril. Avec le résultat de ce scrutin, peut-on dire que le président Erdogan a désormais les pleins pouvoirs ? "Avec cette réforme, qui sera mise en place en 2019, la Turquie adopte un régime présidentiel fort et très centralisé", explique Leïla Salhi, en direct depuis Istanbul.

La disparition du poste de Premier ministre

Concrètement cela implique la disparition du poste de Premier ministre, un contrôle accru du président sur le système judiciaire et la possibilité pour lui de gouverner par décrets, c'est-à-dire sans consulter le parlement. "Avec cette nouvelle constitution, Recep Tayyip Erdogan pourra également briguer deux nouveaux mandats de cinq ans, il pourrait donc gouverner la Turquie jusqu'en 2029", indique la journaliste. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Recep Tayyip Erdogan, lors d\'un meeting, à Konya (Turquie), le 14 avril 2017. 
Recep Tayyip Erdogan, lors d'un meeting, à Konya (Turquie), le 14 avril 2017.  (KAYHAN OZER / ANADOLU AGENCY / AFP)