Migrants : l'UE marchande avec la Turquie

Ankara accepterait de garder tous les migrants qui veulent quitter ses côtes, et en contrepartie, l'Europe ouvrirait un canal d'admission régulier depuis le territoire turc.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Le Premier ministre turc est en position de force et il le sait. Ce 7 mars, au sommet européen à Bruxelles consacré à la question migratoire, il a proposé d'accueillir sur son territoire tous les migrants actuellement sur les îles grecques, des migrants économiques mais aussi des refugiés syriens. Depuis la Turquie, les premiers seraient renvoyés vers leur pays, les autres seraient pris en charge par l'Union européenne.

6 milliards d'euros

Un guichet officiel d'admission serait donc installé en Turquie et non plus en Grèce. L'Europe s'engagerait donc à faciliter les installations légales de réfugiés syriens sur son territoire. Ankara se dit également prête à envoyer des agents d'immigration sur les principales îles grecques concernées, pour mettre en place ce dispositif de réadmission. La Turquie demande donc plus d'argent pour cette prise en charge, six milliards d'euros, le double de la somme promise par Bruxelles.
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le drapeau de l'Europe devant le Parlement européen de Starsbourg, le 10 octobre 2015.
Le drapeau de l'Europe devant le Parlement européen de Starsbourg, le 10 octobre 2015. (DANIEL KALKER / DPA / AFP)