Attentat à Istanbul : "L'explosion a été ressentie à cinq ou six kilomètres de là"

Une puissante explosion survenue mardi dans le quartier touristique de Sultanahmet, à Istanbul (Turquie), a fait au moins 10 morts et 15 blessés.

Des policiers évacuent la zone après qu'une explosion a retenti dans le centre d'Istanbul (Turquie), le 12 janvier 2016.
Des policiers évacuent la zone après qu'une explosion a retenti dans le centre d'Istanbul (Turquie), le 12 janvier 2016. (OSMAN ORSAL / REUTERS)

Mis à jour le , publié le

En plein cœur du quartier touristique d'Istanbul, à deux pas de la mosquée Bleue, un attentat a fait au moins 10 morts et 15 blessés, mardi 12 janvier 2016. Un kamikaze syrien serait à l'origine de l'explosion, a déclaré le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Des étrangers, mais aussi des Turcs, figurent parmi les victimes de cette nouvelle attaque terroriste, a ajouté le chef de l'Etat turc. Les premiers témoignages recueillis font état d'une déflagration violente.

>> Explosion à Istanbul : suivez les dernières informations en direct

Contactée par francetv info, Guldenay Sonumut, journaliste à Sky News et CBS, raconte : "Tout le monde a entendu une grande explosion. Elle a été ressentie à 5 ou 6 km de là. Certains collègues l'ont entendue alors qu'ils étaient de l'autre côté du bras du Bosphore. Certaines vitres ont tremblé."

"S'ils veulent faire peur, là, c'est bon"

"Ça ressemblait à un coup de tonnerre", renchérit Cengiz Aztar, un professeur de sciences politiques à Istanbul joint par BFMTV. Et de préciser : "On entend même de mon quartier [situé 4 kilomètres plus au nord] des ambulances se diriger vers Sultanahmed [la place touristique où a eu lieu l'attentat]."

Contactée vers 11 heures, Guldenay Sonumut constate qu'"il y a beaucoup de policiers ici, à pied, en civil, en patrouille sur cette place. Et ce n'est pas forcément l'endroit où il y a le plus de monde à Istanbul. Mais c'est un symbole touristique. S'ils veulent faire peur, là, c'est bon".

"C'était le chaos total, tout le monde courait"

Gokham, qui travaille près de la place Sultanahmed, est formel. Au micro de BFMTV, il témoigne : "Je ne me suis pas rendu plus près parce que parfois plusieurs explosions se suivent, mais là il n'y en a eu qu'une seule."

Enfin, toujours sur BFMTV, un autre témoin précise : "C'était le chaos total, tout le monde courait. Les policiers avaient l'air affectés, mais ils étaient obligés de vider la place car il y avait la possibilité qu'une autre bombe explose."

De leurs côtés, un témoin et un officier de police ont confié à Reuters avoir vu des morceaux de corps après l'explosion. Majd Egbareia, 28 ans, qui priait dans la mosquée Bleue quand l'explosion est survenue, raconte aussi à la chaîne de télévision américaine NBC (en anglais) avoir entendu une femme blessée crier, puis avoir couru à la porte et vu "trois ou quatre corps", à une trentaine de mètres de là.