VIDEO. A Kasserine, des milliers de Tunisiens affrontent la police réclamant "des solutions au chômage"

Kasserine, région défavorisée du centre de la Tunisie où de vives tensions marquées par des accrochages avec la police, ont refait surface après le décès d'un jeune chômeur.

Voir la vidéo
EVN

Mis à jour le , publié le

La colère gronde chez les habitants de la ville tunisienne Kasserine mercredi 20 janvier après le décès d'un jeune chômeur. La police fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau pour disperser des milliers de manifestants devant le siège du gouvernorat. "Des solutions au chômage", c'est le plus slogan le plus brandi par les manifestants qui manifestent depuis mardi dans le centre-ville de Kasserine.

Kasserine, région défavorisée du centre de la Tunisie où de vives tensions marquées par des accrochages avec la police, ont refait surface après le décès d'un jeune chômeur. Samedi, un chômeur de 28 ans, Ridha Yahyaoui, est mort électrocuté après être monté sur un poteau. Il protestait avec d'autres jeunes tunisiens contre son retrait d'une liste d'embauches dans la fonction publique.

Kasserine, ville défavorisée du centre de la Tunisie

Cinq ans après la révolution contre la dictature de Zine el Abidine Ben Ali, née de l'immolation du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, l'exclusion sociale et les disparités régionales persistent. Kasserine est l'une de ces villes défavorisées du centre de la Tunisie où de vives tensions émergent de nouveau.

Huit policiers ont été blessés mercredi à Kasserine et onze à Thala, une ville proche, selon le directeur régional de la Santé Abdelghani Chaabani. Mardi, vingt manifestants et trois policiers avaient été légèrement blessés à Kasserine.

Voir la vidéo

Policiers anti-émeutes tunisiens déployés lors d'affrontements dans le centre ville de Kasserine le 20 Janvier 2016.
Policiers anti-émeutes tunisiens déployés lors d'affrontements dans le centre ville de Kasserine le 20 Janvier 2016. (MOHAMED KHALIL / AFP)